Adhésion directe au Rassemblement Bleu Marine à partir du 1er janvier 2013

28 novembre 2012 | Politique

28/11/2012 — 13h30
PARIS (NOVOpress) — Florian Philippot, le très en vue vice-président du Front National, l’a annoncé (ou plus exactement confirmé) hier sur Twitter : à partir du 1er janvier 2013 on pourra adhérer en direct au Rassemblement Bleu Marine (RBM).

Si nous sommes désormais fixés sur une date, les contours de ce rassemblement restent toujours bien flous, d’autant que le RBM – destiné à prendre son envol dans le cadre de la préparation des élections municipales, après un ballon d’essai pour les dernières législatives – est d’ores et déjà en proie à l’hostilité d’une partie de l’appareil frontiste et en tout premier lieu du président d’honneur Jean-Marie Le Pen.

La volonté semble en tout cas être de renforcer le RBM, puisqu’au-delà d’un simple regroupement de candidats et de personnalités, ce sera désormais une structure à part entière avec ses adhérents et – symbole important en politique – sa carte.

Reste donc à savoir comment seront organisés les relations entre le FN et le RBM (par exemple au sein des fédérations départementales, quel poids pourront avoir les adhérents du RBM, seront-ils dotés de responsables ?), et vers qui les efforts de rassemblement de ce dernier seront tournés ? Jusque là celui-ci s’est limité au petit parti souverainiste de Paul-Marie Coûteaux – le Siel – et à l’avocat Gilbert Collard, désormais député mais tenant jalousement à son autonomie. Le Rassemblement Bleu Marine s’aventurera-t-il vers d’autres terres désormais ? On pense bien évidemment à d’éventuels dissidents d’une UMP en processus d’implosion avancé, mais aussi à des personnalités issues des rangs identitaires.

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.