Télé allemande : « les néo-nazis français occupent les restaurants musulmans »

28/11/2012 — 15h00
BERLIN (NOVOpress) —
A beau mentir qui vient de loin, dit le vieux proverbe. On pourrait croire les médias français indépassables dans la déformation des faits, mais, quand il est question de la France, les médias allemands parviennent à faire encore plus fort.

Jeudi dernier, la chaîne allemande n-tv (groupe RTL) a diffusé un documentaire (vidéo ci-dessus, en allemand) d’épouvante comme aiment à en produire, dans toute l’Europe, les journalistes du Système : « Les néo-nazis en Europe ». « La vérité choquante sur une nouvelle génération de néo-nazis en Europe ».

Au début, des images de l’invasion ludique du Quick Halal de Villeurbanne par des cochons mécontents, en mars 2010. Commentaire en voix off, pour donner tout de suite un frisson au bon bourgeois teuton : « Dans une banlieue de Lyon, des néo-nazis français se sont attroupés pour occuper les restaurants musulmans ».

Suit une séquence sur des culturistes hongrois qui n’aiment pas les Roms. La voix off nous apprend que « la discrimination contre les Roms a conduit parmi eux à un taux de chômage de 80% » et que « les Roms vivent dans la peur ».

Images de François Desouche et des sites identitaires. Retour à Lyon, « dans le Sud-Ouest de la France » (sic). La caméra suit un militant (identifié à l’écran comme « néo-nazi français ») visitant la grande mosquée lors d’une journée portes ouvertes avec Damien Rieu. La voix off explique : « Ils veulent faire un film de propagande ». Et les journalistes de n-tv s’y connaissent en la matière.

Des images du Rassemblement pour la liberté de Lyon, en mai 2011, font la transition avec l’English Defence League et Tommy Robinson (« Chef du groupe néo-nazi britannique EDL »). Un long reportage sur l’EDL montre (bien obligé !) les affiches « All races and colours unite against Islamic extremists ». Des manifestants de l’EDL brûlent un drapeau à croix gammée et brandissent un drapeau israélien. Robinson (toujours identifié à l’écran comme « chef du groupe néo-nazi britannique EDL ») déclare : « Les Noirs, les homosexuels, les Juifs ne sont pas une menace pour ce pays. Ils ne sont pas une menace pour mes enfants et notre culture. L’Islam en est une ». La voix off commente imperturbablement : « Il a gagné des dizaines de milliers d’adhérents. Tous partagent les mêmes opinions racistes ».

Nouveau retour en France, cette fois avec Troisième Voie et Serge Ayoub (« style mussolinien et rhétorique populiste », juge la voix off), avant de conclure sur un petit village allemand, dans un coin perdu de l’ex-RDA – une histoire qu’on a déjà entendue je ne sais combien de fois. Les néo-nazis ont racheté les maisons abandonnées pour « contrôler tout le village ». Comble de l’horreur, ils refusent de parler aux journalistes qui voulaient les enregistrer avec une caméra cachée. « Je suis un journaliste français », essaie un journaliste. Réponse des néo-nazis : « Nous n’avons pas besoin de Français ici ».

Au total, il y en a quarante minutes sur le même ton. Pour ceux qui sont curieux de voir jusqu’où les médias peuvent aller.

Publié le