Lancement de 49 nouvelles « zones de sécurité prioritaires » : nouvel effet de manche du gouvernement

Lancement de 49 nouvelles « zones de sécurité prioritaires » : nouvel effet de manche du gouvernement

16/11/2012 — 18h00
Paris (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) —
Les ministères de l’Intérieur et de la Justice ont annoncé jeudi le lancement de quarante-neuf nouvelles zones de sécurité prioritaires. Ces ZSP -qu’il vaudrait mieux appeler Zones d’Insécurité Maximale (ZIM)- sont principalement situées dans le Nord-Pas-de-Calais, en Paca et Rhône-Alpes, régions qui connaissent, mais c’est un “hasard”, de fortes concentrations allogènes. Leur installation s’échelonnera sur les six prochains mois. Ces ZSP font parties du catalogue de promesses du candidat Hollande. Quinze avaient déjà été mises en place par le gouvernement Ayrault depuis septembre. Leur but, selon les deux ministères : lutter contre la délinquance et le crime organisé dans les « quartiers »

Quel bilan tirer de la ZSP mise en place à Paris en septembre ?

Un bilan totalement négatif. Rien n’a changé. Cette ZSP couvre le secteur de la Goutte d’or dans le XVIIIe arrondissement. Lors d’une réunion avec les autorités préfectorales, régionales, municipales, les habitants ont dressé un constat unanime : dès que la police s’en va, les trafics de drogue, la vente à la sauvette, la prostitution, les agressions et autres, reprennent immédiatement. La raison en est simple : les policiers, sans doute sur ordre de leur hiérarchie, ne s’en prennent qu’aux « petites mains », et non à ceux qui tiennent les filières. Remonter et neutraliser les réseaux est pourtant le pivot essentiel de toute politique de sécurité urbaine. Le gouvernement, qui redoute un embrasement des quartiers sous la coupe des gangs ethniques, se contente d’une gestion purement médiatique, à coups d’effets d’annonce sans lendemain.

Et à Marseille ?

Début septembre, un Comité interministériel d’exception s’est penché sur la cité phocéenne en pleine dérive, juste avant la rafale de règlements de comptes meurtriers qui a ensanglanté la ville. Là encore, effets d’annonce, mais aucun résultat. Le meurtre de ce commerçant en fin de semaine dernière a excédé la population. Pour la première fois, des voix se sont élevées, non pour réclamer plus de moyens en policiers, mais pour que les honnêtes citoyens puissent s’organiser en milice d’autodéfense. Une revendication qui, tôt ou tard, se passera de l’accord préalable des autorités. Le Parisien rapporte les propos désabusés d’un ancien élu marseillais préférant garder l’anonymat « Cette ville repose sur un système politico-mafieux qui gangrène tout. C’est l’anarchie républicaine et l’Etat est trop faible pour faire autre chose que des effets de manche »

Photo Christiane Taubira, Garde des sceaux, ministre de la Justice. Crédit photo : Guillaume Paumier, via Flickr, (cc).