Israël réagit violemment à la demande palestinienne de reconnaissance à l’ONU

Israël réagit violemment à la demande palestinienne de reconnaissance à l’ONU

16/11/2012 — 08h00
TEL-AVIV (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) —
Lundi dernier, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (ci-dessus) a fait savoir qu’il tentera de faire reconnaître la Palestine comme Etat observateur à l’ONU. Cette demande sera formulée auprès de l’Assemblée générale des Nations Unies, où les décisions sont prise à la majorité, et sans possibilités de veto.

Comment a réagi Israël à cette annonce ?
Craignant d’être désavoué à l’ONU, l’Etat hébreu s’est d’ores et déjà lancé dans une riposte violente, au niveau politique et militaire. C’est ainsi que mercredi l’AFP a révélé un document dans lequel Israël annonçait son intention de renverser Mahmoud Abbas, au cas où sa demande viendrait à aboutir. Dans le même temps, l’aviation israélienne a assassiné le chef militaire du Hamas, avant de lancer une série de bombardements qui ont déjà tué six civils, et fait une soixantaine de blessés. Prenant prétexte des tirs de roquette venant de la bande de Gaza et touchant le sud d’Israël.

Pourtant, ces bombardements ne vont pas faciliter la position israélienne à l’ONU…
Non, mais ils vont rebattre les cartes. Ecrasée sous les bombes, la population palestinienne risque d’être à nouveau tentée par le radicalisme, et de rejoindre massivement le Hamas, qui avait perdu en popularité ces derniers temps. Or, plus le Hamas sera fort, et plus la position de Mahmoud Abbas à l’ONU sera fragile. C’est une technique traditionnelle de l’Occident : radicaliser les populations civiles, pour les pousser vers les islamistes et affaiblir les nationalistes arabes.

La demande palestinienne est-elle donc condamnée à l’échec ?
Pas nécessairement, car le pays dispose de nombreux soutiens à l’ONU. Certes, Barack Obama s’est déjà prononcé contre la demande palestinienne. Mais cette fois-ci, il ne disposera pas du droit de veto. La position de la France est encore inconnue, mais elle sera sûrement observée avec attention en Europe et dans le monde arabe.

Crédit photo : World Economic Forum via Wikipédia (cc).