[Exclusivité Novopress] Christophe Stirbois répond à Benjamin Biolay

[Exclusivité Novopress] Christophe Stirbois répond à Benjamin Biolay

Christophe Stirbois, fils de Jean-Pierre Stirbois, répond à Benjamin Biolay (NOVOpress).

Bonjour Christophe et merci d’avoir accepté de répondre à NOVOpress. Par une phrase très déplacée dans son dernier album (« La vengeance est un plat que certains mangent froid comme Stirbois s’est mangé son cèdre »), le chanteur bobo Benjamin Biolay vient de réveiller chez vous un souvenir douloureux. Comment expliquez-vous que votre père soit encore ainsi traîné dans la boue par les gardiens du temple du politiquement correct, près de 25 ans après sa tragique disparition ?

Il a été une figure emblématique du combat national notamment à travers le fameux “tonnerre de Dreux”. Il fit alors réellement entrer le FN dans la vie politique nationale, faisant alliance avec le RPR de l’époque pour battre le Parti socialiste. Cet événement est resté en mémoire, et nombreux sont encore ceux qui font référence à son engagement, sa façon de travailler, son dévouement. Il était au contact de ses compatriotes et de leurs préoccupations, toujours disponible pour les militants et ses proches. J’ai du mal à comprendre que 24 ans après son décès un chanteur bobo décide de salir le nom des Stirbois pour faire un bon mot… Peut-être veut-il faire parler de lui, créer le “buzz” ? C’est simplement pathétique.

A contrario, pensez-vous que le souvenir de Jean-Pierre Stirbois et la figure du militant total qu’il incarnait aux yeux de beaucoup peut encore être un phare pour l’engagement des patriotes ?

Je pense que mon père incarnait un militantisme sain, véritablement désintéressé, qu’il mettait en œuvre avec une véritable rigueur morale. Il a toujours été proche des gens et je pense que beaucoup l’appréciaient et l’aimaient même pour cela. La politique était pour lui un sacerdoce. C’était un acharné du travail (NDLR : il en est certainement mort, dans un tragique accident de voiture alors qu’il revenait d’un meeting) et il ne voyait que l’intérêt de la France et des Français !

Auriez-vous, pour conclure, un message personnel à transmettre à Benjamin Biolay ?

Lâchement M. Biolay insulte la mémoire de mon père dans le but de gagner, pense-t-il, certainement plus de parts de marché… Il fait parler sa haine dans une attaque malsaine envers un vrai patriote qui a servi la France avec courage, dévouement, altruisme ! Mais ces mots, M. Biolay n’en connait évidemment pas la signification et n’en a sûrement jamais fait preuve. J’espère pour lui que personne ne viendra un jour salir ainsi la mémoire de ses parents.

Crédit photo : DR