Novopress à l’origine de la polémique FN/Biolay

Novopress à l’origine de la polémique FN/Biolay

08/11/2012 –  19h50
PARIS (NOVOpress) –
Quarante-huit heures après la sortie du nouvel album de Benjamin Biolay, Novopress donnait un coup de projecteur le 7 novembre sur l’un des passages de la chanson « Vengeance » où le chanteur s’amusait de la mort accidentelle de Jean-Pierre Stirbois, Secrétaire général du Front National de 1981 à 1988, décédé dans un accident de voiture en 1988 près de Dreux (Eure-et-Loir). Benjamin Biolay chante en effet : « La vengeance est un plat que certains mangent froid comme Stirbois s’est mangé son cèdre ». Dans cette chanson, Benjamin Biolay dérape aussi en parlant de « sous-hommes », terminologie typiquement nazie.


Dans un communiqué de presse publié aujourd’hui, intitulé « Biolay ou l’art de faire passer la facilité pour de la subversion », Steeve Briois, Secrétaire Général du Front national, s’en prend au « militant socialiste Benjamin Biolay » dont les propos sont « les signes évidents d’un complexe d’infériorité ou d’une admiration refoulée à l’égard des militants du Front National. Entre le confort d’être du côté du manche et l’honneur de mettre sa peau au bout de ses idées, il y a effectivement un fossé », ironise cette fois Steeve Briois. Le dirigeant frontiste en profite pour honorer la mémoire de Jean-Pierre Stirbois « un bourreau de travail, un militant passionné et plus que tout un authentique opposant au système, bref tout l’opposé de ce qu’est Benjamin Biolay, rebelle en peau de lapin qui a reçu l’agrément de la classe dominante », souligne le communiqué.

Crédit photo : El Humilde Fotero del Pánico via Flickr (cc)