Discours de Renaud Camus à la Convention identitaire : “C’est Poitiers qui m’a conduit à Orange”

07/11/2012 — 21h10
PARIS (NOVOpress) — Dimanche dernier le grand écrivain français Renaud Camus a tenu un superbe discours à la Convention identitaire, où il a notamment rendu hommage à Ceux de Poitiers. Vous pouvez retrouver ici le texte intégral du discours. Quelques extraits :

“Le parti de l’In-nocence et moi nous sommes pleins d’admiration pour l’action menée le 20 octobre dernier par le groupe de jeunes gens de Génération Identitaire qui, quelques heures durant, ont occupé le toit du chantier de la future grande mosquée de Poitiers.  Nous sommes plein d’admiration pour leur courage, bien sûr, pour leur patriotisme, pour leur attachement à notre civilisation, pour leur refus de la voir submergée par d’autres qui ne la valent pas, en tout cas pas pour nous, pas ici, pas sur le territoire de notre patrie ; mais plein d’admiration aussi pour leur intelligence, et, si vous me permettez l’expression, pour leur in-nocence.  Pour leur intelligence parce que, de toutes les actions auxquelles ils auraient pu se livrer pour essayer de réveiller notre peuple hébété par l’endoctrinement de tous les instants, il n’en est aucune qui eût pu être plus judicieusement choisie.”

“[La] vérité, quelle est-elle ? Et pourquoi faut-il qu’elle soit tue ? Cette vérité, c’est le changement de peuple, le changement de civilisation, le changement d’histoire, pour le futur mais aussi pour le passé, puisque l’histoire de notre patrie est tous les jours réécrite sous nos yeux. (…) Le changement de peuple c’est maintenant.Le changement de civilisation c’est maintenant. Vous avez un peuple et quasiment du jour au lendemain, à l’échelle des peuples, en une génération, vous avez à sa place, sur son territoire, un ou plusieurs autres peuples. Vous avez une culture, une civilisation et en moins de temps qu’il n’en faut à un enfant pour devenir adulte, se développent sur le même territoire, par substitution, d’autres cultures, d’autres civilisations.”

Publié le