Marine Le Pen cible l’Union européenne comme « ennemi » du redressement économique français

Marine Le Pen cible l’Union européenne comme « ennemi » du redressement économique français

07/11/2012 — 08h00
NANTERRE (NOVOpress) — Hier matin, Marine Le Pen n’y est pas allée avec le dos de la cuillère. Dans le cadre d’une conférence de presse intitulée « Produire et acheter français : au-delà des impostures », elle a tiré à boulets rouges contre l’Union européenne et contre Arnaud Montebourg.

La présidente du Front national a ainsi indiqué : « Il est temps d’aller au-delà des impostures ». «  Accepter l’UE telle qu’elle est aujourd’hui, pousser même à sa fuite en avant, est purement et simplement incompatible avec la défense du produire français ». Pour Marine Le Pen, la structure même de l’Union européenne et son idéologie libre-échangiste rendent impossible toute réindustrialisation en France. Réindustrialisation pourtant nécessaire, selon Marine Le Pen, pour redynamiser l’économie française.

Pendant cette conférence de presse, Marine Le Pen a déroulé un véritable catalogue de mesures protectionnistes, de patriotisme économique, et d’une économie fortement encadrée par l’Etat. Allant de la souveraineté alimentaire et de la situation de nos agriculteurs jusqu’à l’industrie automobile, en passant par les grandes surfaces, Marien Le Pen a ciblé les secteurs victimes de l’UE mais également les mesures qu’elle préconise. Par exemple, loi « achetons français » pour inciter l’Etat et les collectivités à privilégier les entreprises françaises dans le cadre des marchés publics. Mais également « sur le modèle du Brésil, une surtaxe sur les véhicules automobiles qui ne sont pas fabriqués au moins à 50% sur notre territoire ». Elle a également cité le patriotisme économique américain

La présidente du Front national a également rappelé sa volonté de mettre en place des « barrières douanières ciblées aux frontières nationales », avec dans le même ordre d’idées, des « quotas d’importation » et un « bonus-malus » fiscal pour pousser les grandes surfaces à proposer des produits fabriqués en France. Ce qui est proche de la détaxation de proximité que les Identitaires veulent mettre en place, et qui fera l’objet d’une campagne, comme annoncé lors de la Convention identitaire.

Interrogée à ce sujet pendant la conférence de presse par Novopress, Marine Le Pen considère que cette fiscalité anti-importations ne peut s’appliquer qu’au niveau national et non au niveau européen.

Au cours de cette conférence de presse, Marine Le Pen s’en est pris au chantre de la démondialisation et actuel ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg : « Arnaud retire ta marinière, et viens plutôt demander conseil à Marine ». Critiquant l’impossibilité pour ce dernier de permettre la réindustrialisation de notre pays en restant dans le cadre de l’UE.

De même, Marine Le Pen a critiqué les délires libre-échangistes du socialiste Pascal Lamy, actuel patron de l’OMC. Un Pascal Lamy que Marine Le Pen verrait bien devenir un Mario Monti français. Premier ministre technique chargé de faire appliquer une politique d’austérité qui semble poindre à travers les recommandations de Louis Gallois…

Crédit photo : capture d’écran