L’hypertension artérielle moins bien remboursée que l’avortement

L’hypertension artérielle moins bien remboursée que l’avortement

07/11/2012 – 14h00
PARIS (NOVOpress) – Alors que les maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC…) représentent la première cause de mortalité en France (180 000 morts annuellement, 32% des décès totaux), le Conseil d’Etat a retiré de la liste des « Affections longue durée ou ALD » l’hypertension artérielle sévère. Résultat, cette maladie ne sera plus remboursée à 100 % par la Sécurité sociale, malgré les protestations des médecins et de la Fédération française de cardiologie (FFC).

L’hypertension artérielle touche un peu plus de 15 millions de personnes, dont 4,5 seraient atteints d’une forme sévère. Soit près de 6.5 % de la population.

Avec cette mesure, tous les patients souffrant de cette pathologie seront censés prendre à leur charge un peu plus de 30 % des frais médicaux. Cette nouvelle atteinte à la santé des Français doit générer une économie de 20 millions d’euros. Mais dans le même temps, l’Etat a décidé de rembourser l’avortement à 100% (un coût de plus de 16 millions d’euros). Mettre le paquet pour favoriser un acte de mort plutôt que préserver la vie de 15 millions de Français, les choix de l’Etat font monter… la tension.