Benjamin Biolay tourne en dérision la mort de Jean-Pierre Stirbois

Benjamin Biolay tourne en dérision la mort de Jean-Pierre Stirbois

07/11/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress) – « Vengeance », le nouvel album de Benjamin Biolay (photo) est en vente depuis lundi. Sur le titre éponyme de cet album, l’ex-Lyonnais, aujourd’hui installé à Paris, ironise sur la fin accidentelle de Jean-Pierre Stirbois, l’ex-membre du Bureau politique du Front national, mort d’un accident de voiture le 5 novembre 1988. Au début de cette chanson, Benjamin Biolay chante : « La vengeance est un plat que certains mangent froid comme Stirbois s’est mangé son cèdre ». Une ironie pas très classe qui ne lui vaudra certainement pas les foudres du politiquement correct.

Côté musique, ce nouvel album sonne plus rock que le double album « La Superbe », son dernier succès (200 000 exemplaires écoulés et deux Victoires de la musique).  Dans une interview accordée à TF1 News, Benjamin Biolay revient sur ses influences musicales : « Je suis né en 1973, j’ai commencé à faire mes premiers groupes en 87-88, et à l’époque, j’écoutais tout ce qui venait de Manchester. New Order, Joy Divison… A travers Morrissey, j’ai découvert un anglais hyper raffiné, dans des chansons très romantiques et très littéraires. J’ai écouté Klaus Nomi, comme tous les mecs de mon âge à l’époque. J’ai aimé Cocteau Twins, Beastie Boys, The Cure et les Red Hot Chilli Peppers ».

Dans un autre entretien, l’auteur de « A l’origine », confie qu’il partage le même but que Ian Curtis, l’ex-leader de Joy Division : « Son rêve ultime, c’était que les gens dansent sur sa musique tout en pleurant. C’est ce que j’ai essayé de faire avec “Vengeance” ». Un opus qui s’articule aussi autour d’autres sonorités : jazzy, latino et même rap dont deux collaborations avec Orelsan et Oxmo Puccino.

Le disque ne changera pas les lignes. L’arrogance de Benjamin Biolay continuera d’agacer, avec son côté donneur de leçons, intellectuel de gauche mobilisé contre «l’islamophobie rampante », comme il vient de le confier à Télérama. Musicalement, Benjamin Biolay peut aussi enchanter. Avec Miossec, c’est sans doute le meilleur auteur-compositeur du moment en France. « Vengeance » le confirme une nouvelle fois.

Crédit photo : El Humilde Fotero del Pánico via Flickr (cc)