Après la Convention d'Orange, Julien Dray veut la dissolution de toutes les structures identitaires

Après la Convention d’Orange, Julien Dray veut la dissolution de toutes les structures identitaires

06/10/2012 — 10h00
PARIS (NOVOpress) — Il faut croire que certains cadres du parti socialiste (PS) ont du mal à accepter certaines décisions de leur gouvernement. Tel est le sentiment que l’on peut avoir à la suite des dernières déclarations de Juien Dray. En effet, ce “modèle” de vertu et d’honnêteté républicaines souhaite, malgré l’avis négatif du gouvernement, la dissolution de toutes les structures identitaires.

C’est ce qu’il proclame et exige via son blog : « Pour une dissolution de la nébuleuse identitaire ». Précisant : « Après la “Convention identitaire » de ce week-end à Orange, après les multiples déclarations racistes proférées en son sein par des intervenants européens ou français. Les uns, comme Mario Borghezio, de la Ligue du Nord italienne clamant “Vive les Blancs de l’Europe, vive notre identité, notre ethnie, notre race” et invoquant Robert Brasillach, les autres traitant le Premier Secrétaire du PS [Jean-Philippe “Harlem” Désir – cofondateur de SOS racisme avec Julien Dray –, note de Novopress] de “kapo”, il devient urgent de s’interroger sur les moyens que la République entend utiliser pour se défendre. Il est désormais urgent d’engager la dissolution des organes de la mouvance identitaire. »

Et Julien Dray ne fait pas dans la dentelle, puisqu’il exige la dissolution de toutes les structures identitaires : « Il faut, pour être efficace, dissoudre toutes les sécrétions du Bloc Identitaire : “Génération identitaire”, auteur de l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers, Nissa Rebela ou Rebeyne, Projet Apache ou encore le groupe Lugdunum Torgnole pudiquement défini comme “une association sportive créée par Rebeyne! pour enseigner et valoriser la pratique de sports de défense”.  Chacun verra derrière ces groupes non pas des associations culturelles mais des groupes violents, radicalement hostiles à notre République et qui menacent l’ordre public ou incitent à la haine raciale. » (sic)

Le délire totalitaire et le plus sectaire de Julien Dray restant pour la fin de son billet : « Evidemment la dissolution de cette petite armada de groupes extrémistes ne suffira pas à faire disparaitre ces idées si dangereuses pour notre communauté nationale. Mais il convient de le faire, parce qu’il s’agit de la première étape d’une reconquête culturelle républicaine de notre pays. »

Crédit photo : Thesupermat via Wikipédia (cc)