Ayrault gaffeur ?

Ayrault gaffeur ?

02/11/2012 – 19h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
La polémique maladroitement soulevée par Jean-Marc Ayrault à propos des 35 heures met en lumière un trait peu connu de la personnalité de l’ancien maire de Nantes : il lui arrive de faire des déclarations malheureuses.

En réponse la question d’un lecteur du Parisien sur un éventuel abandon des 35 heures, mardi matin, Jean-Marc Ayrault met les pieds dans le plat : « Il n’y a pas de sujet tabou ». Et les agite : les 35 heures ont causé des difficultés aux PME, il faut trouver de bons compromis… Vociférations à gauche, ricanements à droite ! Le Premier ministre fait machine arrière : il y a bien des sujets tabous.

La presse s’interroge aussitôt : s’agit-il d’un ballon d’essai ou d’une simple gaffe ? Certains ont peine à croire qu’un homme aussi posé puisse parler inconsidérément. Pourtant, l’expérience prouve que Jean-Marc Ayrault est souvent gaffeur, y compris par écrit. Il suffit de parcourir le blog qu’il tenait du temps où il était maire de Nantes pour découvrir de nombreuses bourdes, grandes ou petites. Florilège :

  • 27 août 2010, à propos de l’architecte Dominique Perrault : « L’architecte et urbaniste, bâtisseur du Palais de Justice de Nantes et du futur Musée Dobrée, de renommée internationale depuis la création de la BNF en 1989, est […] parti à la recherche des grands chantiers emblématiques et exemplaires des métropoles françaises ». En fait de chantier emblématique et exemplaire, le Musée Dobrée, à Nantes, est aujourd’hui au point mort, le permis de construire a été annulé par le tribunal administratif, le conservateur du musée a démissionné et le budget a déjà dérapé de plusieurs millions d’euros. Quant au Palais de Justice de Nantes, touché par de multiples malfaçons, son architecte n’est pas Dominique Perrault mais Jean Nouvel.
  • 25 novembre 2010, sous le titre « Soutien à Florence Cassez » : « Elle a été particulièrement sensible au message de solidarité et d’espoir que Jean-Marc Ayrault lui a adressé au nom des Nantais ». Peu après, Martine Aubry, alors première secrétaire du P.S., demande aux maires socialistes de soutenir Florence Cassez en renonçant à toute manifestation labellisée « 2011, année du Mexique ». Le 25 mai 2011, le maire de Nantes inaugure néanmoins El Xolo, spectacle de Royal de luxe conçu pour le Mexique, sans un mot pour Florence Cassez.
  • 26 septembre 2011 : « Dimanche, le musée des Beaux-arts a fermé ses portes pour deux ans de travaux d’agrandissement. Une fermeture avec la promesse d’un grand musée d’art à Nantes ouvert à tous les publics en 2013 ! » À cause d’un problème de sous-sol, le chantier a dû être arrêté au bout de quelques mois. Même s’il redémarrait aujourd’hui, l’ouverture du musée ne pourrait avoir lieu au mieux en 2015.
  • 26 octobre 2011 : « L’UMP a déclaré la guerre aux pauvres ». À première vue, la formule n’est qu’une outrance polémique. Mais quand Bernard Accoyer déclare que si l’UMP perdait les élections de 2012, « les conséquences économiques et sociales pourraient être comparables à celles provoquées par une guerre ». Jean-Marc Ayrault s’en indigne et répond le 11 janvier 2012 : « La guerre est un mot trop grave, trop chargé de drames, pour que le premier responsable de la représentation nationale puisse le manipuler avec tant de légèreté et d’excès ». La paille et la poutre version Assemblée nationale !
  • 21 novembre 2011, lors de l’ouverture de Nantes ouverture des données (NOD)  : « L’open data est un événement d’une ampleur comparable à l’apparition de l’alphabet ». Après un an de fonctionnement NOD ne propose encore qu’une soixantaine de jeux de données, d’intérêt anecdotique pour la plupart, qui n’ont permis de développer que très peu d’applications.
  • 6 mars 2012 : « Nous sommes préparés à gouverner le pays si les Français nous accordent la majorité. » On peut le constater en effet.
  • 19 mars 2012, après le massacre de l’école Ozar Hatorah de Toulouse : « Il faut que tous les moyens soient mis en œuvre pour retrouver et châtier le ou les auteurs de ces crimes ignobles. Il faut qu’il trouve en face d’eux tout le peuple français. » On apprend deux jours plus tard que l’assassin est l’islamiste Mohamed Merah. Jean-Marc Ayrault se garde bien de le désigner. Le 25 mars 2012, lors de l’inauguration d’un Mémorial de l’abolition de l’esclavage, il tente de noyer le poisson en accusant quelque néo-esclavagiste imaginaire : « Lutter contre toutes les formes d’esclavages, c’est aujourd’hui honorer la mémoire des victimes innocentes de la tragédie de l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse et celles de nos soldats assassinés à Toulouse et à Montauban, victimes de l’antisémitisme et du fanatisme. »
  • 5 avril 2012 : « Le PS n’a jamais été aussi prêt à assumer le gouvernement de la France. Le changement se concrétisera dès le premier jour et se poursuivra pendant tout le quinquennat ». On a vu ce qu’il en était.

Crédit photo : Parti socialiste, via Flickr (cc)