Affaire Zyed Benna / Bouna Traoré : un non-lieu qui n’électrisera pas Clichy-sous-Bois

Affaire Zyed Benna / Bouna Traoré : un non-lieu qui n’électrisera pas Clichy-sous-Bois

01/11/2012 – 16h00
CLICHY-SOUS-BOIS (NOVOpress) – Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a sans doute évité une nouvelle nuit mouvementée… La Cour de cassation a annulé hier le non-lieu qui avait été prononcé en faveur de deux policiers dans l’enquête sur la mort de deux adolescents le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois. Zyed Benna et Bouna Traoré s’étaient cachés dans un transformateur électrique qui les avait électrocutés. L’affaire est désormais renvoyée à la cour d’appel de Rennes pour être rejugée.

Ce fait-divers avait provoqué les premières grandes émeutes multiraciales en France. Soit trois semaines de mise à sac de nombreuses villes françaises, avec à la clé un lourd bilan : 300 bâtiments (écoles, maisons associatives, administrations…) et 10 000 véhicules incendiés, des passagers d’autobus menacés de mort, 130 policiers et émeutiers blessés. Officiellement, trois civils ont perdu la vie : Salah Gaham, un gardien d’immeuble ; Jean-Claude Irvoas, massacré par une bande le 27 octobre 2005, à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), alors qu’il prenait en photo un lampadaire pour sa société de mobilier urbain. Mais aussi, Jean-Jacques Le Chenadec, tué d’un coup de poing mortel à Stains (Seine-Saint-Denis), en novembre. A cette époque, la France était placée en état d’urgence.

A l’été 2011, les principales villes de l’Angleterre étaient cette fois la proie des flammes du modèle multiculturel.
Avec l’immigration de masse en Europe, le danger ne fait qu’enfler chaque jour.

Crédit photo : Patrick Peccatte, via Flickr, (cc).