Mosquée de Poitiers, Marine Le Pen : “Je suis atterrée par les réactions d’hystérie de la classe politique”

22/10/2012 — 18h00
PARIS (NOVOpress) — Interrogée ce matin sur RTL par Jean-Michel Apathie, Marine Le Pen a indiqué, au sujet de l’action de Génération Identitaire sur le chantier de la future mosquée de Poitiers : “Je suis atterrée par les réactions d’hystérie de la classe politique”. Précisant que “j’aurais bien aimé qu’il y ait les mêmes réactions d’hystérie quand il y a eu des multiples occupations d’églises”. A signaler qu’en outre il s’agissait là d’églises en activité et non pas de chantiers.

Lorsqu’on lui a demandé si elle était choquée par l’action des militants identitaires, la présidente du Front National a répondu : “Croyez-vous qu’il faut faire une repentance pour s’excuser de l’action de Charles Martel ?” Ajoutant :  “Je pense qu’il faut se précipiter pour se repentir”.

Marine le Pen a jugé disproportionnée la demande de dissolution de Génération Identitaire  formulée par la gauche, indiquant qu’“il faut aussi demander la dissolution du Gisti, de SOS Racisme qui avaient poussé à l’occupation d’un certain nombre d’églises”.

De plus, Marine Le Pen comprend “les craintes et les préoccupations de la construction de ces gigantesques mosquées, ces mosquées-cathédrales avec des minarets de 22 mètres sans d’ailleurs bien souvent que l’avis des riverains ait été sollicité”.

C’est la raison pour laquelle elle ne juge pas critiquable la demande d’un référendum sur la construction de nouvelles mosquées, l’une des revendications des militants de Génération Identitaire.

Publié le