Arnaud Montebourg, "cover boy" de luxe pour Armor-Lux

Arnaud Montebourg, “cover boy” de luxe pour Armor-Lux

19/10/2012 – 12h30
QUIMPER (NOVOpress Breizh) –
« Pour une fois, c’est un mannequin qui ne me coûte pas cher. » Jean-Guy Le Floch, le patron d’Armor-Lux, n’en est pas encore revenu : le très médiatique ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg fait la une du Parisien Magazine de ce vendredi,  revêtu de la célèbre marinière rayée, produit emblématique de l’entreprise quimpéroise.  Quand la politique spectacle se met spontanément au service de la marchandise.

Après avoir hésité, selon Europe 1, à revêtir un costume de James Bond (?) ou à se coiffer d’un béret basque – trop franchouillard ? – Arnaud Montebourg a finalement opté pou la marinière chère au couturier Jean-Paul Gautier.

Cette pub inespérée ne pourra que ravir Armor Lux, cette entreprise bretonne très dynamique spécialisée dans la bonneterie, qui est installé à Quimper (Finistère). Racheté en 1993 par Jean-Guy Le Floch et Michel Gueguen, le groupe emploie 550 personnes. Près de la moitié de sa production est réalisée en France, pour l’essentiel à Quimper dans deux usines qui emploient 350 salariés.

Décidé à promouvoir par tous les moyens le “made in France” – dans le cas présent le “made in Breizh” – Arnaud Montebourg s’est félicité de « cette très belle entreprise, innovante, qui décroche des marchés publics. Elle défend la qualité française et j’ai voulu, par cette marinière, lui rendre un bel hommage. L’esprit de cette marinière, c’était de mouiller le maillot pour promouvoir le made in France. » (Ouest-France, 18/10/12).

Nul doute que les millions de laissés-pour-compte du Système  seront sensibles à l’image inédite d’un ministre de la République – il est vrai du « Redressement productif » –  posant en marinière Armor-Lux, une montre Herbelin au poignet et un blender Moulinex à la main. Seuls les mauvais esprits oseront faire le rapprochement avec les lunettes – françaises elles aussi – de sa compagne, la journaliste Audrey Pulvar. Des lunettes estimées, selon le Canard Enchaîné, à la modique somme de 15.000 euros.

Crédit photo : DR