Acquisition de la nationalité française : Manuel Valls ouvre largement les vannes

Acquisition de la nationalité française : Manuel Valls ouvre largement les vannes

19/10/2012 — 01h30
PARIS (NOVOpress) — Il est nul besoin de crier au loup quant au droit de vote des étrangers extra-européens, Manuel Valls a décidé de faciliter (et c’est un euphémisme) l’acquisition de la nationalité française. Dans une nouvelle circulaire, le ministre de l’Intérieur (lui-même naturalisé à 20 ans) prévoit de rouvrir plus largement l’accès à la nationalité française. Il s’agit pour le gouvernement de revenir sur la très forte inflexion du nombre de naturalisations qui avait été mise en œuvre par l’ancienne majorité depuis 2010: entre 30 % à 45 % de moins.

Au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, les naturalisations – qui étaient de l’ordre de 100.000 par an – avaient été maintenues. Mais après le discours de Grenoble, à l’été 2010, un tour de vis avait été effectué sous forme de consignes internes ou orales.

Pour redresser cette courbe, la nouvelle circulaire prévoit d’assouplir les critères liés au travail, responsables d’environ 40% des refus de naturalisations. Alors qu’il fallait quasi-nécessairement être en contrat à durée indéterminée (CDI) auparavant, un CDD ou des emplois en intérim pourront suffire désormais.

La circulaire demande aussi aux préfets de se montrer plus souples sur les dossiers des étudiants étrangers, systématiquement retoqués ces deux dernières années pour “manque de ressources”. Cette disposition concerne notamment les “jeunes diplômés” ayant fait leur cursus en France. Les jeunes Français au chômage apprécieront ce geste de la gauche…

Le ministère de l’Intérieur prévoit enfin de revenir, comme le prévoit la loi, au délai de cinq ans de séjour minimum en situation régulière pour pouvoir demander la nationalité française.

De plus, même si le niveau de français exigé (classe de troisième) ne change pas, la nouvelle circulaire supprime néanmoins le système du questionnaire à choix multiples (QCM) qui faisait polémique depuis son entrée en vigueur le 1er juillet. Une revendication ancienne des associations de défense des étrangers est par ailleurs en partie satisfaite : les personnes de plus de 65 ans seront désormais exemptées de fournir une attestation de l’évaluation de leur niveau de français.

En somme, à part les extra-terrestres (et encore), le monde entier pourra être français sans même le vouloir…