Mises en examen pour racisme anti-blanc : la preuve que tout combat doit être mené

17/10/2012 — 19h45
ROUBAIX (NOVOpress) —
Les temps sont-ils en trains de changer ? Telle est la question que l’on peut se poser suite à la mise en examen pour… racisme anti-blancs du « sociologue », et surtout militant de la haine anti-française, Saïd Bouamama et de « Saïdou » animateur du groupe ZEP, tous deux co-auteurs de l’explicite Nique La France (image ci-dessus).


Comme le rappelle dans un communiqué le Bloc identitaire, « il semble évident que ces mises en examen se veulent un contre-feu à la polémique récente – nourrie par les propos de Jean-François Copé – sur l’incroyable silence entourant le développement du racisme anti-blanc et du racisme anti-Français. Mais au-delà, elles témoignent de toute la légitimité du combat mené sur ce sujet par les Identitaires depuis 10 ans. »

De plus, toujours selon le Bloc, « lorsque nous faisons annuler les concerts du groupe de rap haineux Sniper en 2003, lorsque les Jeunesses Identitaires menaient une grande campagne contre le racisme anti-blanc en 2005, lorsque le Bloc Identitaire assignait Houria Bouteldja en justice pour ses propos sur les « sous-chiens » voici moins d’un an ; à chaque fois nous avons entendu des voix expliquer que cela ne servait à rien, que c’était inutile. Nous savions qu’ils avaient tort, que nous semions pour le futur. Et nous avions raison. »

Ce qui fait dire au Bloc : « Sur le racisme anti-blanc, comme sur nombre d’autres combats : les identitaires ont 10 ans, mais surtout 10 ans d’avance ! »

Laisser un commentaire