Mises en examen pour racisme anti-blanc : la preuve que tout combat doit être mené

Mises en examen pour racisme anti-blanc : la preuve que tout combat doit être mené

17/10/2012 — 19h45
ROUBAIX (NOVOpress) —
Les temps sont-ils en trains de changer ? Telle est la question que l’on peut se poser suite à la mise en examen pour… racisme anti-blancs du “sociologue”, et surtout militant de la haine anti-française, Saïd Bouamama et de “Saïdou” animateur du groupe ZEP, tous deux co-auteurs de l’explicite Nique La France (image ci-dessus).


Comme le rappelle dans un communiqué le Bloc identitaire, “il semble évident que ces mises en examen se veulent un contre-feu à la polémique récente – nourrie par les propos de Jean-François Copé – sur l’incroyable silence entourant le développement du racisme anti-blanc et du racisme anti-Français. Mais au-delà, elles témoignent de toute la légitimité du combat mené sur ce sujet par les Identitaires depuis 10 ans.”

De plus, toujours selon le Bloc, “lorsque nous faisons annuler les concerts du groupe de rap haineux Sniper en 2003, lorsque les Jeunesses Identitaires menaient une grande campagne contre le racisme anti-blanc en 2005, lorsque le Bloc Identitaire assignait Houria Bouteldja en justice pour ses propos sur les “sous-chiens” voici moins d’un an ; à chaque fois nous avons entendu des voix expliquer que cela ne servait à rien, que c’était inutile. Nous savions qu’ils avaient tort, que nous semions pour le futur. Et nous avions raison.”

Ce qui fait dire au Bloc : “Sur le racisme anti-blanc, comme sur nombre d’autres combats : les identitaires ont 10 ans, mais surtout 10 ans d’avance !”