Notre-Dame-des-Landes : vaste opération de police pour déloger des squatters

16/10/2012 — 20h00
NANTES (NOVOress Breizh) — Une vaste opération a été menée mardi matin par les forces de l’ordre pour expulser les militants anti-aéroport qui occupaient des terrains ou des logements situés dans la zone du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes.


Appuyés par plusieurs hélicoptères, ce sont plus de 500 CRS et gendarmes qui sont intervenus ce matin sur la zone du futur aéroport. En moins de trois heures onze terrains et maisons ont été évacués de leurs occupants. L’opération s’est déroulée sans incidents. Assis sur la route, une dizaine de manifestants ont protesté en scandant « on vit ici, on reste ici » et «on n’est pas des voyous ».

La préfecture de Loire-Atlantique a tenu à faire savoir que l’évacuation concernait « sept occupations illégales sur des espaces bâtis et quatre zones d’occupation illégales non bâties », précisant que  « cette situation ne doit pas être confondue avec celle des personnes présentes légalement sur le site depuis avant la date de déclaration d’utilité publique du projet en 2008 ».

Cette opération intervient alors que les travaux préparatoires à la construction de l’aéroport doivent commencer au début de l’année prochaine pour se terminer en 2017. Pour ce faire, les maisons rachetées par Vinci – le concessionnaire retenu pour ce projet – et celles qui ont fait l’objet d’une procédure d’expulsion  devaient être libre d’occupation.

Ce projet d’aéroport, destiné à remplacer l’actuel aéroport de Nantes Atlantique, a reçu l’appui inconditionnel de l’ancien maire de Nantes J.M. Ayrault et des oligarques socialistes de la région, d’accords sur ce point avec l’ancienne majorité UMP.

Dans un communiqué, Pascal Durand, le secrétaire national d’Europe-Ecologie-les-Verts a « déploré ce déploiement démesuré de forces de l’ordre », réaffirmant que « l’aéroport de Notre-Dame des Landes, situé sur des terres agricoles, est pharaonique, dispendieux et inutile, à l’heure où les comptes publics sont dans une telle situation. ». Le député de Nantes François de Rugy (EELV), opposant notoire – mais semble-t-il de plus en plus discret  – au projet n’a pas encore fait connaitre son point de vue sur cette opération.

Crédit photo : Moulins via Wikipédia (cc)