Avec le succès de sa vidéo “déclaration de guerre”, la Génération Identitaire part à la reconquête de l’Europe

13/10/2012 — 10h00
PARIS (NOVOpress) — L’Europe et la jeunesse européenne avaient-elles besoin d’être réveillées et voulaient-elles de jeunes hommes et de jeunes femmes qui ne veulent plus de ce système qui tue nos peuples ? Telle est la question que l’on peut se poser suite au succès de la vidéo “déclaration de guerre” de Génération Identitaire. Entretien avec Alban Ferrari, porte-parole de Génération Identitaire.

Alban Ferrari, vous êtes membre de la direction de Génération Identitaire. Votre vidéo-manifeste a obtenu plusieurs milliers de visionnages en peu de temps ? Etes-vous étonné d’un tel succès ?
Aujourd’hui samedi 13 octobre, huit jours seulement après le lancement du site generation-identitaire.com, nous en sommes à 60.000 vues. Le succès est en effet conséquent. Un gros travail a été consacré à la réalisation de la vidéo. Techniquement on se rapproche de ce qui se fait dans le monde de l’audio-visuel professionnel. Une caméra HD, une musique poignante instrumentale. Sur le fond, le texte de notre déclaration de guerre est une réussite totale. Lorsque nous l’avions présenté aux militants durant le camp identitaire 2012, une réelle émotion se lisait dans les yeux et sur les visages.

Le succès de la vidéo prouve que nous sommes dans le vrai et que notre discours est partagé par la majorité des jeunes d’ici. Quant à la jeunesse venue d’ailleurs, elle doit sans doute se dire qu’il existe des babtous qui marchent tête haute.

Vous avez traduit en plusieurs langues européennes cette vidéo. De même vous avez obtenu des messages de félicitations d’Europe et même d’autres continents ? Peut-on dire que la Génération Identitaire se place au niveau européen et compte à terme “devenir” un mouvement européen par le biais de liens avec d’autres mouvements qui partagent ses valeurs sur le continent ?
Non, nous ne l’avons pas traduite. C’était en projet, mais nous avons été devancés par des initiatives spontanées. En effet, la vidéo a été copiée et remontée avec des sous-titres étrangers, ce qui prend un certain temps et montre que notre production est bonne et comprise sur tout le continent européen. En allemand, en espagnol, en anglais, en grec, en italien. Ces vidéos comptent plusieurs milliers de vues, la version anglais en fait même autant que la française. A chaque fois, ce fut des initiatives personnelles de la part d’Européens que nous ne connaissions pas. Nous avons pu prendre contact avec ces jeunes et nous espérons de belles collaborations à l’avenir. Pour cela, internet est un formidable outil de communication et de diffusion. Nous avons même reçu des messages de soutien venus des Etats-Unis, du Venezuela, du Chili et d’Argentine. J’en profite pour saluer ces descendants d’Européens qui se sont reconnus dans notre message. Il existe également une page Facebook en allemand Identitäre Bewegung ayant repris notre nom, nos symboles et notre esthétique, cette page possède 1.000 fans, tout comme notre page officielle Génération Identitaire.

Actuellement nous avons des contacts et nous nous sentons très proches du VBJ en Flandre, des JixC en Catalogne et du MGP en Padanie. Nous observons aussi avec attention ce que font de nouvelles organisations comme le WIR de Vienne. Génération Identitaire compte établir des contacts durables avec toutes les communautés de jeunes qui partagent notre vision du monde à travers l’Europe. Nous attachons beaucoup d’importance à la dimension européenne de notre combat. De Paris à Bucarest, de Stockholm à Athènes, la jeunesse, héritière d’un formidable tronc commun civilisationnel, doit regarder dans la même direction. Il s’agit tout simplement d’une question de survie.

Votre vidéo-manifeste insiste sur le bilan plus que négatif du vivre-ensemble et du multiculturalisme. Vous semblez revenir aux fondamentaux du mouvement identitaire et vous semblez donc affirmer que le vrai problème est l’immigration et la substitution de peuplement que nous subissons…
Notre “déclaration de guerre” résume notre vision du monde. En tant qu’avant-garde de la jeunesse européenne nous sommes en première ligne face aux ravages de l’immigration, conséquence en partie de la mondialisation galopante depuis une quarantaine d’années. La montée de l’islam en France est la conséquence logique de cet afflux de population non souhaité par la population, mais encouragé par la gauche internationaliste et le patronat. En tant qu’identitaire, la vie quotidienne au Maghreb, au Proche-Orient ou en Nouvelle-Guinée n’est pas mon problème, libre à eux – et malheureusement le multiculturalisme doublé d’un processus d’uniformisation généralisée tend à gommer partout les particularismes culturels – de vivre selon leurs traditions. Nous sommes des jeunes vivant dans le siècle, pour reprendre une expression religieuse, ayant choisi pour sacerdoce l’amour de notre peuple et de nos proches. Par la force des choses, étudiants, lycées et jeunes travailleurs intégrés dans la société nous souhaitons le vivre-ensemble, oui, mais sans eux. Je ne crois pas qu’il s’agisse d’un retour aux fondamentaux, mais simplement d’une mise en forme claire et pédagogique de la vision du monde identitaire développée depuis 10 ans.

Pour finir, je tiens à saluer nos camarades de Berlin, de Verone, de Barcelone, de Bruxelles, de Londres, de Vienne, d’Athènes et de toute l’Europe. Pour les tiens, pour ta terre, Génération Identitaire !

Publié le