Valérie Trierweiler, maîtresse partagée entre deux hommes politiques opposés, d'après "La Frondeuse"

Valérie Trierweiler, maîtresse partagée entre deux hommes politiques opposés, d’après “La Frondeuse”

11/10/2012 – 22h00
LONDRES (NOVOpress) –
Le livre “La Frondeuse” de Christophe Jakubyszyn (directeur du service politique de TF1 et LCI) et Alix Bouilhaguet (France 2) qui est sorti aujourd’hui, fait les choux gras de la presse anglaise pour illustrer en particulier les relations troubles des politiciens français avec les journalistes. Citons par exemple The Telegraph, le MailOnline, et même The Times. Belle image pour notre pays.
La presse française est plus discrète.

De cette biographie de Valérie Trierweiler, l’actuelle compagne de François Hollande, la presse anglaise cite surtout des assertions des auteurs selon lesquelles Mme Trierweiler entretenait une liaison avec deux hommes politiques français, l’un de droite, l’autre de gauche, tout en étant toujours en couple avec son mari. “Miss” Trierweiler, se serait donnée parallèlement à François Hollande, alors premier secrétaire du PS, ainsi qu’à Patrick Devedjian, secrétaire de l’UMP et proche de Nicolas Sarkozy.

Toujours dans la presse anglaise, il est rappellé que François Hollande était alors en couple avec Ségolène Royal, mère de ses quatre enfants. Patrick Devedjian vivait avec sa femme. Et l’actuelle “première Dame de France”  était toujours unie à son deuxième mari, collègue à Paris-Match, et père de ses trois fils, Denis Trierweiler. Cela aurait formé un “trouple” (une femme trois hommes), une “relation de type Jules et Jim”.

Ce serait en raison du refus de Patrick Devedjian – avec qui selon la presse anglaise elle avait « des sessions sexuelles secrètes » – suite à ses demandes répétées de quitter sa femme, que « la première concubine » se serait alors concentrée sur François Hollande. De plus, il est également dit que les deux politiciens n’ignoraient pas qu’ils se partageaient la même femme et que de cela serait né un « grand respect » de l’un pour l’autre.

Après avoir défrayé la chronique pour son tweet inamical à l’endroit de Ségolène Royal, infortunée candidate aux dernières législatives, il en est aussi question dans l’ouvrage, Valérie Trierweiler va faire couler beaucoup d’encre après la sortie de ce livre « La Frondeuse ».

Le contenu de livre ne plait pas à Valérie Trierweiler qui consulte ses avocats en vue de porter plainte pour « diffamation et atteinte à la vie privée ». Il en est de même de Patrick Devedjian.