Rome : Affrontements de Casal Bertone, l'enquête confirme la version de Casapound

Rome : Affrontements de Casal Bertone, l’enquête confirme la version de Casapound

Des gauchistes casqués, masqués et armés, prétendument “victimes innocentes” de la “violence” de Casapound, lors de l’attaque de Casal Bertone. Crédit photo : DR.

10/10/12 – 16h00
ROME (NOVOpress)
– Ce sont bien les activistes d’extrême-gauche qui ont provoqué les violents incidents qui sont survenus dans le quartier populaire romain de Casal Bertone le 23 mars dernier. Telle est la conclusion de l’enquête préliminaire réalisée par la police romaine concernant les affrontements entre militants « antifascistes » et membres du mouvement Casapound qui avaient éclaté le jour anniversaire de l’ouverture du local du « Circolo futurista », le groupement artistique de Casapound.

« L’avis de conclusion d’enquête notifié ce soir à neuf membres de Casapound Italie et à six militants d’extrême-gauche rétablit la vérité sur ce qui s’est passé à Casal Bertone lors des incidents du 23 mars », a notamment déclaré Andrea Antonini, vice-président de Casapound Italie, dans un communiqué de presse diffusé hier.

« En particulier, les procès-verbaux de la police de Rome, a également précisé le vice-président de Casapound, reconstruisent la dynamique de ce qui s’est passé ce jour là, attribuant clairement l’origine de la montée de la violence à certains militants du centre social d’extrême gauche qui s’en sont pris physiquement à la mère d’un militant de Casapound. Contrairement aux assertions des “antifascistes » se présentant toujours comme étant d’innocentes victimes, les différents témoignages montrent qu’après la demande d’explication faite par le fils de la femme attaquée, les membres du centre social se sont organisés en véritable bande armée (barres de fer, bombes agricoles, matraques…) pour tenter d’attaquer le Cercle futuriste de Casal Bertone, avant de se débander face à la défense des militants de Casapound. »

Dans un tel contexte, validé par l’enquête, Casapound Italie s’étonne vivement qu’il y ait 9 convocations devant la justice pour les militants de Casapound qui se défendaient, et seulement 6 pour les assaillants d’extrême gauche.