Coup de pouce du Conseil constitutionnel en faveur des gens du voyage

Coup de pouce du Conseil constitutionnel en faveur des gens du voyage

06/10/2012 –  14h00
CENON (NOVOpress) –  Le Conseil constitutionnel a pris plusieurs mesures en faveur des gens du voyage. Vendredi, l’institution de la rue Montpensier (Paris), a supprimé le carnet de circulation des nomades. Depuis 1969, il imposait à toute personne âgée de plus de 16 ans, ayant une résidence mobile depuis plus de six mois, d’être en possession soit d’un « livret » de circulation, soit d’un « carnet » si elle n’a pas de ressources régulières. Ces titres devaient être visés périodiquement au commissariat de police ou à la gendarmerie.

De plus, les bohémiens n’auront plus besoin d’attendre trois ans avant de pouvoir s’inscrire sur les listes électorales dans la commune à laquelle ils sont rattachés, au lieu de six mois pour tout autre citoyen. Des décisions laxistes alors que la fermeté s’impose face à des populations qui trop souvent se distinguent par des comportements inadmissibles : vols d’eau et d’électricité, colportages, intimidations, pollutions de la nature, etc. Comme encore dernièrement près de Cenon en Gironde. Découvrez en cliquant ici « l’été cauchemardesque des riverains des gens du voyage », relaté par notre confrère de la Nouvelle République.

Crédit photo : Novopress via Flickr (cc)