Toulouse : en faisant la promotion de l’Islam, l’artiste se fait éjecter par… l’Islam

5 octobre 2012 | Société

05/10/2012 – 12h15
TOULOUSE (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Il avait voulu faire connaitre des versets du Coran au plus grand nombre avec l’appui des organisateurs du festival « Printemps de septembre » à Toulouse, mal lui en a pris.

Sur pression d’une délégation de représentants musulmans sur la préfecture et la mairie, les organisateurs du « Printemps de septembre », festival d’art contemporain de Toulouse, ont annoncé mercredi le retrait d’une œuvre de l’artiste marocain Mounir Fatmi. Cette œuvre consistait en la projection de versets du coran sur le tablier d’un des ponts de la ville.

Le dispositif, prévu par l’artiste, pour empêcher les piétons de marcher sur l’œuvre, n’a malencontreusement pas fonctionné. Résultat : des badauds ont marché sur le coran et les hadiths, au grand dam, voire au grand ramdam, des musulmans présents à ce moment-là sur les lieux. Des dizaines de personnes venues des quartiers « sensibles » et appelées en renfort (soixante à quatre-vingts selon les forces de l’ordre) ont évacué manu militari les « blasphémateurs » inconscients hors des saintes projections de lumière. Une jeune femme a même été giflée pour avoir malencontreusement mis le pied dessus.

D’après un compte-rendu de police qui nous a été communiqué il n’y a pas eu d’interpellations : « L’auteur des coups Mme Be* Il* née le 12/0*/197* à Monstanem dt **** rue C****** à Toulouse n’est pas interpellée dans un souci d’apaisement ».

Libération Next rapporte que l’historien d’art et directeur artistique du « Printemps de septembre », Paul Ardenne, a déclaré  «Il est toujours bon de constater que la liberté d’expression se jauge à l’échelle des réalités »

Image : Calligraphie égyptienne de la sourate Al-`Alaq. Crédit : Iamnotgeorge via Wikipédia, domaine public du fait de son ancienneté.

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
61 % of 5000

Aider NovoPress

« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.