Suppression des départements : conflit PS/EELV dans le "fief" de Jean-Marc Ayrault

Suppression des départements : conflit PS/EELV dans le “fief” de Jean-Marc Ayrault

04/10/2012 – 16H00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
La proposition faite lundi dernier par le député (EELV) de Loire-Atlantique François de Rugy de supprimer les conseils généraux a fait bondir le socialiste Philippe Grosvalet, président du conseil général de Loire-Atlantique (ci-dessus, le siège du conseil général de Loire-Atlantique). Ce dernier n’a pas l’intention en effet de laisser scier la branche sur laquelle il est – confortablement – assis. Arrêt sur une querelle qui illustre le conservatisme de la nomenklatura socialiste locale.

« Au sein de notre mouvement, nous sommes pour la suppression du conseil général. En revanche, nous voulons préserver la commune ». La prise de position de François de Rugy sur le site internet acteurspublics.com.(02/10/2012) a mis le feu aux poudres. Partisan d’une vraie décentralisation, et apparemment décidé à « faire le ménage entre collectivités locales » le député de Nantes s’affirme comme un défenseur résolu du renforcement du rôle des intercommunalités et des régions, selon lui « seuls échelons qui devraient bénéficier de la clause de compétence générale ».

« Notre architecture idéale, c’est le couple régions-départements et le couple communes-intercommunalités. Avec un renforcement de la région et de l’intercommunalité, seuls échelons qui devraient bénéficier de la clause de compétence générale », a conclu le coprésident du groupe parlementaire EELV à l’Assemblée nationale.

Cette prise de position a fait réagir Philippe Grosvalet, le président (PS) du conseil général de Loire-Atlantique, pas content du tout qu’on remette en cause son pré carré. « Si la France a besoin des Départements, les Départements peuvent se passer des Verts ». Sous ce titre vengeur, il développe sur son blog une longue philippique contre le trublion. « Lorsque j’entends François de Rugy remettre en cause les missions du Département, je m’interroge. Je connais son talent pour les coups médiatiques mais je m’étonne qu’il en oublie les réalités politiques », observe le conseiller général de Saint-Nazaire. Autrement dit, le rapport des forces entre PS et EELV n’est pas en faveur de ces derniers.

Soulignant « le rôle central que jouent les Départements dans la cohésion sociale et territoriale du pays », M. Grosvalet  constate que « dans une période de crise sans précédent, quand plus de huit millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, les Départements jouent, plus que jamais, un rôle irremplaçable dans notre pays ». Sous-entendu : un rôle que les Régions seraient incapables de remplir. Ses  amis socialistes qui président la totalité des Régions françaises – à l’exception de l’Alsace – apprécieront.

Après une allusion à la question de la réunification de la Bretagne– de Rugy est pour et Grosvalet contre – l’apparatchik socialiste se rassure comme il peut en affirmant «  heureusement que François de Rugy n’exprime pas la position des ministres écologistes qui, par solidarité gouvernementale, assument seuls le poids des responsabilités de la gauche unie.» Il est vrai qu’avec Madame Duflot le risque de dissidence semble effectivement assez faible.

Crédit photo : Pymouss44 via Wikimedia, licence (cc).