Turin : L’enfant mort, le père grièvement blessé… un ado leur vole leur iPhone

Turin : L’enfant mort, le père grièvement blessé… un ado leur vole leur iPhone

04/10/2012 — 12h00
TURIN (NOVOpress) — C’est un de ces faits divers qui révèlent la décomposition ordinaire d’une société. À Turin, le 3 décembre 2011, un papa et une maman emmènent leur petit garçon regarder des jouets avant Noël. À la sortie du magasin, ils s’engagent tous les trois sur un passage clouté. Ils sont fauchés par une voiture qui prend la fuite. La maman s’en tire avec une jambe cassée. Le papa, Calogero Sgrò, est grièvement blessé : traumatisme crânien et multiples fractures. Après plusieurs mois dans le coma, il est toujours hospitalisé dans un état grave. Alessandro, 7 ans, est tué sur le coup.

Le conducteur de la voiture et son passager étaient deux toxicomanes, venus à Turin depuis Aoste pour acheter de l’héroïne et qui étaient pressés de retrouver leur vendeur. Après avoir fauché la famille Sgrò, ils sont allés à leur rendez-vous et ont acheté leur dose. Ils ont été retrouvés six semaines plus tard, grâce aux descriptions des témoins et aux morceaux de leur voiture (un phare et un morceau de pare-choc) laissés sur place sous la violence de l’impact. Le sang des victimes était encore sur la carrosserie. Lors de leur procès, en juillet, le procureur général avait requis 8 ans et 4 mois de prison. Le tribunal a voulu leur infliger « une peine exemplaire » : 11 ans, au moins sur le papier.

Mais ce n’est pas tout. Plusieurs objets personnels des victimes avaient disparu, en particulier la montre et l’iPhone du papa. Les enquêteurs ont pu établir qu’un groupe d’adolescents entre 13 et 14 ans, qui se trouvaient dans un jardin voisin, étaient venus voir : par curiosité, peut-être, mais aussi pour dépouiller les victimes. Grâce à un professeur, qui avait surpris des conversations d’élèves, la police municipale a fini par retrouver l’un d’entre eux.

Il s’agit d’un adolescent de 13 ans qui, voyant un homme étendu par terre et qui paraissait mort, une femme sous le choc, les passants tous occupés à tenter de ranimer le petit garçon dans sa mare de sang, a pensé que c’était le bon moment pour piquer un iPhone. Il est ensuite rentré chez lui, a raconté son haut fait à ses parents. Son père lui a dit : « Attention, il faut que tu changes la carte SIM, sinon ils peuvent te retrouver ». Et ils ont changé la carte SIM.

Le père a été condamné lundi à trois mois de prison pour recel. Le tribunal des mineurs a ordonné pour l’adolescent « une intervention éducative ».