Coke en stock dans des lycées brestois

Coke en stock dans des lycées brestois

03/10/2012 – 19h00
BREST (NOVOpress Breizh) –  L’intervention d’un surveillant d’internat d’un lycée de Brest a permis de démanteler un réseau de trafiquants de cannabis qui approvisionnaient plusieurs établissements de la ville.

En surprenant un élève de terminale en possession de 32 grammes de cannabis  et de 320 euros en espèces, le surveillant du lycée de La Croix-Rouge à Brest ne pensait pas qu’il permettrait de démanteler tout un réseau de trafic de shit dont les ramifications s’étendaient sur d’autres établissements et dont la source se situait dans le quartier « sensible » de Keredern.

Interrogé par la brigade des stups le lycéen n’a pas tardé à mettre en cause un de ses amis -, lequel a dénoncé à son tour son fournisseur, un élève du lycée Vauban à Brest.  Chez ce dernier 340 grammes de cannabis et de l’argent liquide seront trouvés. Placé en garde à vue il ne tardera pas à révéler l’identité de son fournisseur, un « jeune » de 22 ans résidant dans le quartier « sensible »de Keredern.

Perquisitionnant l’appartement de cet individu, les policiers vont découvrir 8,5kg de cannabis, des portables, de l’argent liquide et surtout une comptabilité bien tenue. Le « jeune » avouera rapidement avoir réussi à écouler 120 kilos de drogue sur un an. L’enquête se portera alors sur un autre « jeune » résidant dans le même quartier où une perquisition permettra de mettre la main sur de l’argent liquide et des portables. Dans un autre appartement un autre « jeune » avouera enfin avoir servi de « dépositaire » pour plusieurs kilos de cannabis.

Déférés au parquet et écroués, le grossiste et son revendeur ont été jugés lundi en comparution immédiate. Le grossiste, Samir El Baraka, a été condamné à 18 mois de prison, dont dix avec sursis  et son complice à 15 mois de prison, donc cinq ferme. Une décision qui pourrait faire de ces deux personnages des victimes, si l’on en croit madame Taubira. La garde des Sceaux avait en effet déclaré à Libération en août dernier qu’«il y a des années que l’on sait que la prison (…) génère de la récidive, c’est presque mécanique. Il faut arrêter!  Ça désocialise, ça coûte cher et ça fait de nouvelles victimes».

Crédit photo : Nihilism via Wikimedia, (cc).