Gaz de schiste : Hollande n’a pas tout dit

Gaz de schiste : Hollande n’a pas tout dit

26/09/2012 – 16h00
PARIS (NOVOpress Breizh) – Le coup d’arrêt donné par François hollande à l’exploitation du gaz de schiste ne trouve pas son origine que dans un souci de protection de la nature. En haut lieu on sait que la population y est majoritairement hostile, droite et gauche confondues. C’est ce qu’un récent sondage rappelle. Et le gouvernement connait en ce moment suffisamment de difficultés pour ne pas avoir envie de s’en créer de nouvelles.

Sur 2004 personnes interrogées, 44% déclarent savoir de quoi il s’agit lorsqu’on parle du gaz de schiste. Pour 74% d’entre elles, il ne faut pas autoriser en France l’exploitation de ce gaz car les risques et l’impact gouvernemental sont trop importants. Pour 26%, il faut l’autoriser car cela permettra de créer des emplois et de disposer d’une ressource énergétique à bon marché.

Chez les 44% qui déclarent savoir de quoi il s’agit lorsqu’on parle du gaz de schiste, le « non » l’emporte dans toutes les familles politiques : 86% des sympathisants de gauche, 71% du FN et 55% à l’UMP (sondage IFOP, Le Monde, 14/09/2012).

Dans ces conditions, accorder des autorisations de forage serait prendre le risque, dans les secteurs concernés, de manifestations de masse. Avec l’union sacrée des élus de gauche et de droite contre le projet. A éviter.

Pour autant, le rejet de sept demandes de permis a surtout servi à glisser habilement sur les permis de recherches existants : 105 demandes de permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux sont toujours en cours d’instruction. Sans oublier les 52 permis de recherche qui ont déjà été accordés ; c’est en particulier le cas en Seine-et-Marne, dans la commune de Nonville , dont la municipalité conteste vigoureusement le projet.

Vu les profondeurs de forage indiquées dans de nombreux cas (carottages à 3.000 mètres et plus), on peut estimer qu’on vise à terme l’exploitation de pétrole de schiste (voir schéma en Une, shale= schiste).

C’est un constat « infiniment émouvant à entendre pour une écologiste », pourrait expliquer Cécile Duflot…

Crédit schéma : US Energy Information Administration via Wikipédia, domaine public.