Italie : la Cour de Cassation confirme le droit d’asile homosexuel pour les Africains

25 septembre 2012 | Actualité internationale

Crédit photo : Philippe Leroyer via Flickr (cc). Gay pride, Paris, juin 2011
25/09/2012 – 08h00
ROME (NOVOpress) — La première brèche avait été ouverte il y a deux mois, quand un juge de paix de Padoue avait suspendu un avis d’expulsion contre un Nigérian en situation irrégulière, lequel s’était déclaré homosexuel. « Il s’agit, s’étaient alors félicitées les immigrationnistes, d’un premier pas très important : il démontre l’ouverture de notre pays vis-à-vis des homosexuels étrangers persécutés dans leur pays ».

La plus haute juridiction italienne, la Cour suprême de Cassation, vient de confirmer solennellement ce droit d’asile à tous les homosexuels d’Afrique – ou, plus exactement, à tous les Africains qui se disent homosexuels. Par sentence du 20 septembre, elle a accepté le recours d’un Sénégalais auquel le tribunal, puis la Cour d’appel de Trieste avaient refusé le statut de réfugié politique quoiqu’il se fût déclaré homosexuel.

Les juges de la Cour de Cassation « ont expressément reconnu que la punition pénale des actes homosexuels par l’article 319 du Code pénal sénégalais constituait en soi une condition générale de privation du droit fondamental de vivre librement sa propre vie sexuelle et affective ». Privation à laquelle l’Italie a donc obligation de remédier en accordant un permis de séjour à tous les individus concernés, afin qu’ils puissent venir vivre leur vie sexuelle sur son territoire.

« Pour cette raison, concluent les magistrats, l’affaire devra faire l’objet d’un nouvel examen, afin d’obtenir les preuves nécessaires pour vérifier ou non la condition homosexuelle du requérant ».

Il est à supposer que la charge d’obtenir les preuves en question reviendra au catho-communiste Andrea Riccardi, responsable de l’immigration dans le gouvernement Monti.

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.