La Bien Pensance chérit les tricheurs – Par Georges Gourdin

La Bien Pensance chérit les tricheurs – Par Georges Gourdin

19/09/2012 – 12h15
PARIS (NOVOpress) —
Nous savions tous les efforts que déploie la Bien Pensance pour faire accroire que Yannick Noah est la « personnalité préférée des Français ». En promouvant ainsi l’un des exilés fiscaux notoires de France, objet d’importantes poursuites de l’administration fiscale, la Bien Pensance montre que la tricherie fiscale n’est pas répréhensible, et qu’elle devient, dans certains cas, plutôt une qualité. Notre ancien sportif possède d’autres « valeurs » pour la Bien Pensance. Il est riche, sans trop travailler. Son argent lui vient de ses activités de spectacle, et non pas de son entreprise par exemple. La Bien Pensance aime l’argent facile.

La Bien Pensance chérit les tricheurs - Par Georges GourdinMais ce n’est pas tout. Yannick Noah (photo) a récemment recommandé aux sportifs de se droguer, comme les Espagnols, dit-il. Est-ce que la Bien Pensance aime les drogués ? Yannick Noah avait déclaré qu’il quitterait la France si Sarkozy était élu en 2007. Ce que du reste il n’a pas fait. La Bien Pensance chérit aussi les personnalités qui n’aiment pas leur pays, et qui se renient.

Ces jours-ci le parti de gouvernement, largement majoritaire dans toutes les instances du pays, a nommé à sa tête un autre tricheur : Harlem Désir (photo en Une). Outre le fait que celui-ci nous ment sur son prénom (pour quelle raison ?), il est un tricheur notoire.  Contre la promesse électorale de François Hollande de ne pas s’entourer de personnes ayant eu des démêlés avec la justice, la Bien Pensance du Parti Socialiste a placé à sa tête celui qui doit être le meilleur parmi les siens : un condamné pour prise illégale d’intérêt. Ce qui montre à quel point la Bien Pensance n’a cure de la filouterie. Au contraire même : celle-ci devient, à ses yeux, une « valeur » de référence qu’elle gratifie ostensiblement.

Les valeurs pernicieuses ont donc investi la classe dirigeante. L’histoire nous enseigne que cela n’est pas nouveau. Mais une telle dichotomie ne peut qu’engendrer des tensions car un corps social ne peut rester harmonieux et apaisé lorsque son élite bafoue les valeurs qu’elle impose au peuple. L’altération et la tricherie se répandent alors dans le corps social. Plus les tensions s’exaspèrent, et plus l’élite devient oppressive. C’est ce que nous vivons actuellement avec la mise en œuvre d’une législation de plus en plus liberticide. Mais on ne fait pas baisser la température en cassant le thermomètre, et les tensions continueront de s’exacerber jusqu’à l’effondrement du système entier.

Préparons nous à cette chute, voire précipitons-la ! Entrons en dissidence en réaction à ce système décadent.

Georges Gourdin pour Novopress France

Crédit photo en Une : Parti socialiste, via Flickr, licence CC. Crédit photo dans le texte : DR.