Les tensions montent en Extrême-Orient

Les tensions montent en Extrême-Orient

18/09/2012 — 18h45
TOKYO (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) —
Des activistes japonais et chinois se sont mutuellement provoqués aux abords des îles désertes contestées appelées Shenkaku, par les Japonais, et Diaoyu, par les Chinois (cliquer sur la carte en Une pour la voir en enlier).

Des manifestations regroupant des activistes anti‑japonais ont provoqué des heurts en Chine ces derniers jours, notamment autour des usines Panasonic de la ville de Qingdao ; et la Chine a dépêché des bateaux de surveillance aux abords des îles.

Les tensions montent en Extrême-Orient

La plus grande de ces îles désertes, seulement 4,3 km² de superficie. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les décisions des autorités japonaises ajoutent encore à la confusion. Le gouvernement japonais a ainsi dans le même temps annoncé la décision de racheter les îles à leurs propriétaires privés.

Cet élément s’additionnent à la signature, le lundi 17 septembre, entre le Japon et les Etats‑Unis d’Amérique, d’un traité de défense anti‑missiles prétendument tourné vers la Corée du Nord.

Le traité est considéré par une partie de la population chinoise comme une menace contre son territoire.

Intervenant de plus en plus fréquemment dans ces conflits, le secrétaire à la défense des Etats-Unis, Léon Panetta, en tournée dans la région déclare s’inquiéter des risques de violence induits par ces provocations.

Ces risques prolongent l’isolement progressif des Chinois d’avec les pays avec lesquels ils partagent une mer. Ces derniers sont en effet en conflits plus ou moins larvés avec tous leurs voisins maritimes : Vietnamiens, Philippins, Japonais, Taïwanais et Coréens.

Ces pays sont tous soutenus dans leurs revendications, par les Etats-Unis, tandis que cette zone se révèle riche pour la prospection pétrolière. L’inquiétude du gouvernement américain ne peut donc être accueillie qu’avec la plus grande circonspection.

Crédit de la carte en Une : Wikipédia, licence CC.
Crédit photo : “National Land Image Information (Color Aerial Photographs), Ministry of Land, Infrastructure, Transport and Tourism”, Japon. Reproduction autorisée sous réserve de citer la source.