L’axe Hollande-Pinault

L’axe Hollande-Pinault – Par Yves Cadic

François Pinault possède un grand ami et un grand ennemi. Le premier s’appelle Jacques Chirac et le second Bernard Arnault, patron de LVMH. Monsieur Chirac déteste M. Sarkozy, tandis que M. Arnault appartient au premier cercle sarkozyste. Il est également facile de supposer que pendant le règne du « petit Nicolas », l’ami Arnault a bénéficié de quelques coups de pouce avantageux. A la grande fureur de M. Pinault qui chasse sur les mêmes terres que M. Arnault – essentiellement le luxe.

Ces données de bases enregistrées, on ne sera pas étonné d’apprendre qu’à l’élection présidentielle, François Pinault a voté pour François Hollande. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis…

Aujourd’hui, François Pinault (photo avec Bernadette Chirac lors de l’inauguration de l’exposition Murakami au Palais de Versailles) assume son vote : « Si vous voulez me faire dire que je regrette d’avoir voté Hollande, vous n’y parviendrez pas. Et de toute façon, c’est trop tôt pour le dire ! On est dans une situation très difficile. Il faut un peu de compréhension. Moi, je trouve que François Hollande est pondéré, à l’écoute. Il est très réactif. Je lui envoie des SMS, il répond. Il essaye d’écouter les points de vue des uns et des autres. Entend-il ? On verra. Je suis serein. Il y a déjà des évolutions dans les paroles. » La taxation à 75% ? « Je l’ai dit au Premier ministre et au président de la République on ne peut pas avoir durablement – et j’insiste sur le durablement – une fiscalité différente de nos partenaires européens. » Il parait que l’optimisme du milliardaire breton, fondateur du groupe PPR, fait figure d’exception chez les grands patrons (Le Figaro, 01-02/09/12).

Les dessous de la politique étant ce qu’ils sont, il serait bizarre que François Pinault se soit contenté de voter pour François Hollande lors de l’élection présidentielle. Un milliardaire dispose d’autres cartes pour soutenir « son » candidat. L’ « investissement » s’expliquant essentiellement par l’attente d’un futur « renvoi d’ascenseur ». Au PMU, on parie sur un cheval… En politique sur un futur président. Conseiller du prince lorsque Jacques Chirac habitait à l’Elysée, François Pinault se voit peut-être reprendre cette fonction auprès de François Hollande. Pour le plus grand profit de son groupe. La Bretagne ne s’en plaindrait pas si elle pouvait bénéficier de quelques retombées en matière d’emplois. Rappelons que M. Pinault – en dehors du stade rennais – a, semble-t-il, « oublié » d’investir dans sa région natale. Se contentant d’intervenir avec des espèces sonnantes et trébuchantes lors de grandes catastrophes : incendie de la forêt de Brocéliande, marée noire de l’Erika… Elève doué, peut mieux faire. Ne serait-ce qu’à Treverien [berceau de la famille Pinault en Bretagne].

Yves Cadic

* Cet article a été initialement publié sur Novopress Breizh.
Crédit photo : Ammar Abd Rabbo via Flickr (cc)