Mariages forcés de très jeunes filles : religion ou trafic d'êtres humains ?

Mariages forcés de très jeunes filles : religion ou trafic d’êtres humains ?

12/09/12 – 18h00
TEHERAN (NOVOpress) –
Il n’y a pas qu’en Angleterre que l’on force de très jeunes filles à se marier sous prétexte de loi islamique (voir Novopress le 10 septembre 2012) et il semble qu’il devrait être de plus en plus délicat de vouloir concilier les droits des femmes occidentales avec la religion du prophète. Car c’est justement en se référant à la vie de ce dernier que la Commission des lois du Parlement iranien a décidé d’abaisser l’âge minimum pour le mariage des jeunes filles de 13 à… 9 ans !

Mohammed Ali Isfenani, président de cette Commission, justifie cette décision ainsi : « comme certains se permettent des libertés dans l’application de notre droit islamique actuel, nous devons considérer que 9 ans est l’âge de mariage idéal pour une jeune fille, dès lors qu’elle a atteint la puberté. Procéder autrement équivaudrait à contredire la charia et donc à prétendre la modifier ».

Médecins et ONG s’élèvent contre cette mesure, rappelant que non seulement les jeunes filles ne peuvent refuser les rapports sexuels, mais encore qu’une maternité à cet âge est très risquée. En effet, avant 15 ans révolus, le risque de mortalité en couches est multiplié par cinq.

Pourtant, actuellement déjà, plus de 40 000 jeunes filles de moins de 15 ans ont ainsi été mariées en Iran, et la religion n’est souvent qu’un prétexte, puisqu’il s’agit le plus souvent de parents qui marient leurs filles en échange de l’annulation d’une dette. Plus la fille est jeune, plus sa valeur est élevée ! Un procédé qui par ailleurs favorise l’apparition de troubles psychiques, l’attirance pour les drogues et les suicides.

Si cette tendance devait s’affirmer, les experts prédisent plus de 100 millions de mariages de ce type dans le tiers monde au cours de dix prochaines années : autrement dit, 25 000 par jour.

Crédit photo : Emran Kassim via Flickr (cc)