Victoire du clientélisme UMP à Levens (06)

Victoire du clientélisme UMP à Levens (06)

11/09/2012 — 10h00
NICE (NOVOpress) —
Dimanche avait lieu une élection partielle pour le canton de Levens, dans les Alpes-Maritimes. Nissa Rebela, les Identitaires du Pays niçois, avait un candidat en la personne de Benoît Vardon.

Malheureusement, le résultat n’est pas à la hauteur de l’investissement des militants de Nissa Rebela. Mais surtout, comme l’indiquent les Identitaires, cette élection est “une nouvelle illustration de la coupe clientéliste et clanique sous laquelle l’UMP tient les vallées et montagnes du Pays Niçois (et une bonne partie du littoral, cela va sans dire). L’octogénaire Alain Frère, maire de Tourrette-Levens depuis 30 ans, est un parfait représentant de cette caste UMP aux affaires. Il est le député-suppléant de Christian Estrosi et était entouré hier lors de la proclamation des résultats du même Christian Estrosi et d’Eric Ciotti. Belle photo de famille. [Alain Frère est au centre de la photo ci-dessus, Christain Estrosi à sa droite et Eric Ciotti à sa gauche, note de Novopress]

De plus, comme le précise Nissa Rebela, “face à la toute puissance UMP, face aux emplois et avantages dispensés à tour de bras par les municipalités, le Conseil général, la métropole, que pouvions-nous ?”

Clientélisme très efficace, et de plus amplifié par une très faible participation : 70% d’abstention. Voici le détail des résultats :
– Benoît Vardon (Nissa Rebela) : 129 voix = 2,46%
– Bruno Ligonie (Front National) : 678 voix = 12,91%
– Alain Frère (UMP) : 3.333 voix = 63,45%
– Montserrat Collet (Divers gauche) :1.001 voix = 19,06%
– Julien Llinaret (Parti niçois) : 112 voix = 2,13%

C’est dans ce climat particulier, on peut dire malsain, que Nissa Rebela et ses militants se devaient “d’être présents pour amener un peu de vérité et de vie dans ce scrutin joué d’avance. C’est à ce titre, et ce malgré un résultat très décevant, que nous pouvons être satisfaits de l’intense campagne de terrain (avec pas moins de sept réunions publiques) que nous avons été les seuls à mener.”

Nissa Rebela, dans son communiqué, évoque également le score du FN : “Le FN qui voit son score divisé par deux et est privé du second tour, alors qu’il y participait en 2011, ne peut non plus se satisfaire de ce résultat, ni continuer à se satisfaire durablement de cette situation.”

Mais surtout Nissa Rebela affirme : “Nous avons vu émerger dans ce scrutin une candidature parasitaire totalement caricaturale et folklorique (son représentant en venant même à coller des posters de l’OGC Nice sur ses panneaux électoraux), ne devant ses suffrages qu’à la confusion entretenue avec Nissa Rebela.”

Pour le second tour, Nissa Rebela ne donne aucune consigne de vote. S’interrogeant sur le caractère réellement démocratique de la victoire annoncée d’Alain Frère…

Crédit photo : france3.fr