Lyon : signification actuelle du Vœu des échevins

Lyon : signification actuelle du Vœu des échevins

07/09/2012 — 20h00
LYON (NOVOpress) —
Demain, samedi 8 septembre, se tiendra en la Basilique de Fourvière (photo ci-dessus) la célébration du vœux des échevins. Cette célébration, vieille de quatre siècles, trouve ses origines dans la grande piété des lyonnais envers la Vierge Marie. Le 8 septembre 1643, jour de la nativité de la Vierge Marie, la peste est aux portes de la ville, les échevins lyonnais et le prévôt des marchands en charge de la gestion de la ville décident de proclamer le vœu dans l’Hôtel de la Couronne (actuel Musée de l’imprimerie) de se rendre pour “toutes les fêtes de la nativité de la Vierge, qui est le huitième jour de septembre, sans robes, néanmoins avec leurs habits ordinaires, en la chapelle de Notre-Dame de Fourvière, pour y ouïr la sainte messe, y faire leurs prières et dévotions à ladite Vierge, et lui offrir, en forme d’hommage et reconnaissance, la quantité de sept livres de cire blanche en cierges et flambeaux, et un écu d’or au soleil. Et ce pour disposer ladite Vierge à recevoir en sa protection particulière la ville de Lyon”. A la suite de ce vœu, la peste épargna Lyon. Depuis, cette tradition a été renouvelée chaque année. Elle n’a été suspendue que lors de la période révolutionnaire.

Comment interpréter cette célébration aujourd’hui ? Comme une réelle dévotion à la Vierge Marie de la part des lyonnais ou bien comme un rite bafoué et dénué de tous sens par des élus sans foi ? Pour sûr, la signification de cette célébration n’est plus la même. Dans une commune où la majorité des élus est socialiste, favorable à l’union de personnes de même sexe, faisant la promotion de l’avortement, et reniant toute foi religieuse, comment voir encore dans cette célébration autre chose qu’une démonstration du lobby politique ? En effet, tout le gratin lyonnais est désormais présent, transformant la basilique en antichambre d’une soirée mondaine le temps d’une célébration.

Cependant, le culte marial est encore très présent au sein du peuple lyonnais, une rupture de plus avec ses élites. Ainsi, la bénédiction de la ville clôturant cette célébration est souvent rediffusée à l’extérieur de la Basilique pour les Lyonnais n’ayant pu entrer. Cette année encore, on répétera les traditions, en espérant que la Vierge Marie sache entendre encore les Lyonnais dévoués, et dans sa bienveillance, les protège et guide les échevins dans leur tâche politique.

Crédit photo : Imbolcus/Wikipédia (cc)