Italie : gouvernement Monti, 8 mois d'échecs

Italie : gouvernement Monti, 8 mois d’échecs

04/09/12 – 16h00
ROME (NOVOpress)
– Combien de temps encore Mario Monti (au centre, photo ci-dessus), avec l’aide des médias internationaux, va-t-il pouvoir continuer à rendre les précédents gouvernements responsables de la situation économique catastrophique de l’Italie ?

Car après 8 mois de gouvernance dénuée quasiment de toute opposition, le bilan de l’homme de Goldmann Sachs et de son équipe de « techniciens », aux qualités vantées par toute l’oligarchie libérale internationale, est tout simplement nul. En effet, l’ensemble des indicateurs économiques sont aujourd’hui plus mauvais que lors de leur accession au pouvoir.

Taux de chômage record (10,5%), envolée du prix du carburant (+ de 2 euros le litre), inflation, PIB en berne, hausse des impôts et des taxes… l’Italie s’enfonce chaque jour un peu plus dans l’austérité et la récession sans que son gouvernement, déjà dénué de légitimité populaire, n’envisage une seule seconde de remettre en cause les méthodes et réformes ultra-libérales qu’il inflige au pays.

Face à cette situation de plus en plus dramatique (les « suicides économiques » se multiplient drastiquement dans le pays, commerces indépendants et petites entreprises artisanales ferment en masse…), l’indulgence dont bénéficie encore l’équipe Monti ne manque pas de surprendre. La droite semble s’interdire de critiquer l’homme des banques et du FMI tandis que la gauche, qui avait fait de Silvio Berlusconi le bouc-émissaire de tous les maux du pays, parait elle aussi totalement décontenancée. Seule la frange plus radicale de l’échiquier politique, tel le mouvement Casapound ou la Ligue du Nord s’opposent clairement et vigoureusement à l’actuel gouvernement dit « technique ».

Crédit photo : Forum PA via Flickr (cc)