Survie de l’euro ou hyper-inflation et retour à l’étalon or ? Par Marc Rousset

[Tribune libre] Survie de l’euro ou hyper-inflation et retour à l’étalon or ? Par Marc Rousset

Il est temps pour les socialistes  d’arrêter de croire au Père Noël ! Gerhard Schroeder a fait de l’Allemagne un pays plus compétitif que la France avec un écart qui n’est plus tenable.  Si des mesures courageuses et drastiques ne sont pas prises immédiatement en France, l’Union monétaire va tout simplement éclater ! Il y aura alors retour aux monnaies nationales avec des très fortes dévaluations, l’hyper-inflation et un possible retour à l’étalon or !

Une situation catastrophique  en Europe

La Catalogne, les régions de Murcie et de Valence demandent l’aide de Madrid (5 millards d’euros sans conditions pour la Catalogne) ; l’Espagne a déjà obtenu  en juin un prêt de 100 milliards d’euros pour renflouer ses banques et doit rembourser en octobre 30 milliards d’euros de créances. Les revenus fiscaux du gouvernement portugais continuent de s’éroder tandis que le coût du service de la dette augmente, rendant encore plus difficile l’objectif de réduction du déficit. Le gouvernement irlandais souhaite renégocier son plan de sauvetage avec des conditions  rétroactives similaires à celles de l’Espagne, ce que l’Allemagne refuse. Quant à l‘Italie, elle souhaite des interventions de la BCE pour plafonner ses taux obligataires et une licence bancaire au MES afin de  pouvoir emprunter auprès de la BCE ! Et pour parachever le tout une sortie de la Grèce est de plus en évoquée ; la dette de la Grèce au deuxième trimestre 2012 est  passée à 303,5 milliards d’euros contre 280,3 milliards d’euros au premier.

La situation de la France n’est pas  brillante et se rapproche de celle de l’Italie. Tout cela n’est pas sans nous rappeler le marasme économique qui suivit le krach de 1929 aux Etats-Unis ; il  dura jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

L’euro ne peut survivre qu’avec un peu d’inflation après des mesures structurelles drastiques dans chaque pays

L’Allemagne acceptera un assouplissement de la politique monétaire et une très légère inflation pour régler le problème des dettes souveraines que si les  divers gouvernements européens dont la France apportent au préalable  des changements  économiques structurels et  prennent le taureau  de la compétitivité par les cornes !

Pour que l’euro survive, c’est au tour de la France de prendre des mesures courageuses (diminution du nombre de fonctionnaires, la France ayant un  surplus de 2 millions de fonctionnaires par rapport à l’Allemagne, diminution des charges sociales des entreprises, introduction de la « TVA emploi », flexibilité du marché du travail, passage de l’âge de la retraite à 65ans, politique sociale moins généreuse, arrêt immédiat  de la folle immigration extra-européenne de 250 000 personnes par an dont le coût annuel est de plus de 70 milliards d’euros ! Ce n’est qu’après des efforts de reprise en main de l’économie réelle  par tous les pays de la zone euro que l’Allemagne acceptera peut être finalement les rachats d’obligations de la dette des Etats par la BCE. « Une telle politique est pour moi proche d’un financement des Etats par la planche à billets » a pu déclarer Jens Weidmann, le jeune patron de la Buba.

La situation des États-Unis n’est pas plus brillante : l’étalon or comme solution ultime à la crise

En 1933, le taux d’endettement global des Etats-Unis (dette publique, dette des entreprises, dettes des particuliers) était de 299,8%. Il est aujourd’hui d’environ 380% ! Si rien ne change, les Etats-Unis vont eux aussi tout droit dans le mur ! Les Républicains veulent empêcher la FED de pratiquer “l’assouplissement quantitatif”, c’est-à-dire le rachat des de titres du Trésor américain et en ce sens ils rejoignent totalement  le point de vue de la Buba  allemande. Le Parti républicain va proposer dans sa convention à Tampa la création d’une commission pour étudier un retour à l’étalon-or !

Selon le cabinet Capital Economics, sur la base d’une masse monétaire de l’ordre de 2560 milliards de dollars, avec seulement 262 millions d’onces d’or en stock à la Fed, le prix du métal fin s’envolerait jusqu’à 10 000 dollars l’once contre 1670 dollars aujourd’hui.

Ce n’est pas pour rien que dans le monde entier toutes les banques centrales sont à l’achat et que plus aucune ne procède à des ventes d’or .George Soros et le banquier Paulson sont de nouveau acheteurs d’or afin de se protéger contre la dévaluation des devises, la hausse de l’inflation et le possible effondrement de l’euro. En période de récession, il faut être liquide, mais lorsque le pouvoir d’achat de la monnaie s’effrite, l’or brille à nouveau de tous ses feux.

La France, si aucune mesure n’est prise par le gouvernement socialiste, est sous la menace d’une dépression économique, d’un krach financier avec explosion de l’euro, alors que c’est elle qui   a poussé à la création de l’euro pour arrimer l’Allemagne à l’Ouest après la réunification allemande et la chute du Mur de Berlin. Sans redressement de la compétitivité française,  sans la restauration de l’équilibre de  ses  comptes la France contribuera à l’explosion de l’euro, à la dévaluation des monnaies nationales et à une gigantesque hyper-inflation dans toute l’Europe,  avec  un possible retour à l’étalon or dans le monde entier, les États-Unis inclus.

Marc Rousset
économiste, écrivain, auteur de “La Nouvelle Europe Paris-Berlin-Moscou“.

Correspondance Novopress, 31 aout 2012