Manuel Valls ne voit pas « d'ennemi intérieur » à Marseille

Manuel Valls ne voit pas « d’ennemi intérieur » à Marseille

31/08/2012 – 08h00
MARSEILLE (NOVOpress) –
 Le grand banditisme maghrébin fait encore couler le sang à Marseille : un homme de 25 ans a été tué d’une rafale de Kalachnikov mercredi soir dans les quartiers nord de Marseille. Il était originaire de ces quartiers et connu des services de police « pour différentes infractions », selon le procureur de la République, Jacques Dallest. Il s’agirait de Walid Marzouki, déjà mis en cause notamment dans des affaires liées aux trafics de drogue. C’est le quatorzième mort dans un règlement de comptes depuis le début de l’année dans la cité phocéenne. Mais aussi, le deuxième au mois d’août, après le décès samedi soir de Benamar Hamidi, grièvement blessé par balles dans les quartiers sud.

Devant cette hécatombe à l’arme de guerre, la sénatrice socialiste, Samai Ghali, a demandé l’intervention de l’armée « comme en temps de guerre » dans un entretien accordé jeudi à La Provence. Un espoir vite déçu par Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, pour qui, « il n’y a pas d’ennemi intérieur » à Marseille, tandis que David-Olivier Reverdy, secrétaire régional du syndicat Alliance Police, estime que « Marseille, ce n’est pas Kaboul ». Pourtant, de nombreux Français sont convaincus que leur pays a plus besoin de ses soldats dans les banlieues de l’immigration qu’en Afghanistan.

Crédit photo : tangi bertin via Flickr (cc)