Base sous-marine de Saint-Nazaire : la visite évite les sujets qui fâchent…

Base sous-marine de Saint-Nazaire : la visite évite les sujets qui fâchent…

26/08/2012 – 13h00
SAINT-NAZAIRE (NOVOpress BREIZH) –  Saint-Nazaire Tourisme & Patrimoine propose jusqu’au 24 août une visite de la base sous-marine de Saint Nazaire (ci-dessus) dont les travaux ont commencé en février 1941. Les passionnés de la Seconde Guerre mondiale et de la bataille de l’Atlantique seront déçus car l’établissement public local a bien briefé ses guides : pas question de concentrer les commentaires sur cette période. Il s’agit surtout d’évoquer l’histoire de la « reconquête » urbaine de l’édifice après 1945 ! La visite plonge vite dans quelques réalisations d’art contemporain, sans intérêt et hors sujet, installées sur le toit de la base sous-marine.

Cette approche permet un touché-coulé des sujets qui fâchent : les bombardements américains massifs ayant détruit la ville à plus de 80% à partir de 1943.  Le site fortifié sera à peine égratigné, tandis que des centaines de Nazairiens perdront la vie dans ces raids meurtriers guidés par une politique de la terre brûlée. Dans son ouvrage, Guide souvenir : la base sous-marine de Saint-Nazaire, l’historien local, Luc Braeuer, rappelle pourtant cette cruelle réalité que les visiteurs de 2012 n’entendent pas : « La base sous-marine n’aura subi aucun dégât mettant en cause son fonctionnement et aucun U-Boot n’a été coulé par une bombe, par contre, la ville n’existe plus. Onze civils avaient trouvé la mort lors du bombardement allemand du 20 juin 1940, 468 habitants ont perdu la vie et 545 ont été blessés du fait des bombardements alliés de 1941 à 1943 ». Un massacre injustifié militairement. A Saint-Nazaire, le politiquement correct ne fait vraiment pas bon ménage avec la vérité historique…

Crédit photo : dalbera, via Flickr (cc)