Pas de Légion d’honneur pour John Galliano mais beaucoup pour les amis du pouvoir

Pas de Légion d’honneur pour John Galliano mais beaucoup pour les amis du pouvoir

26/08/2012 – 09h00
PARIS (NOVOpress) –  Le couturier britannique John Galliano, condamné en septembre 2011 à 6 000 euros d’amende avec sursis pour injures antisémites, ne pourra plus porter sa Légion d’honneur. Elle lui a été retirée par un décret du président de la République publié au Journal officiel. Ce décret, daté du 20 août, est paru mercredi. Une fermeté qui tranche avec le laxisme de son attribution. Cette distinction, réservée à honorer, depuis 1802 les actes extraordinaires ou les hommes et femmes contribuant au rayonnement de la France, est depuis longtemps galvaudée par la République française.

Récemment, Cécile Duflot, ministre du Logement, a décerné deux croix d’officier et vingt-huit croix de chevalier lors de la promotion du 14 Juillet de la Légion d’honneur. Parmi les médaillés, de nombreux amis écologistes et socialistes de la région Ile-de-France. Sous Nicolas Sarkozy, d’autres amis du président, mêlés à des scandales, ont également bénéficié de telles faveurs : Jacques Servier (affaire Mediator), Patrice de Maistre (affaire Bettencourt), etc. Tandis que d’autres proches du pouvoir de l’époque ont été distingués : Bernard Arnault, président de LVMH, numéro un du luxe français, première fortune de France et habitué des réunions UMP du Fouquet’s, haut lieu parisien du sarkozysme. Mais aussi, Didier Barbelivien, Christian Clavier, Alain Minc… Napoléon disait : « C’est avec des hochets que l’on mène les hommes ». Au PS et à l’UMP, on adhère pleinement à la citation du père de la Légion d’honneur…

Crédit photo : DR