Patrimoine en péril: l’église du prieuré de Perrecy-les-Forges.

Patrimoine en péril : l’église du prieuré de Perrecy-les-Forges

24/07/2012 – 20h00
PERRECY-LES-FORGES (NOVOpress) –
Surprenante histoire que celle du prieuré de Perrecy-les-Forges en Saône et Loire. Nombreux sont encore ceux qui se souviennent que Charles Martel arrêta les invasions arabes à Poitiers en 732, mais beaucoup ont oublié son frère Childebrand qui mit un terme aux incursions sarrasines remontant les vallées du Rhône et de la Saône. Pour remercier son frère, Charles lui fit don d’un vaste domaine sur le territoire de l’actuel Perrecy, et un de ses descendants le légua à l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire en 876. Moins de dix ans plus tard, les premiers moines y prirent leurs quartiers, heureux de s’éloigner de possibles razzias des Vikings sur la Loire. Ces temps d’invasions diverses étaient difficiles.

Patrimoine en péril: l’église du prieuré de Perrecy-les-Forges. L’église romane (photo du chapiteau du portail en Une et photo ci-contre) dont une grande partie subsiste encore aujourd’hui est édifiée entre 1020 et 1030, prolongée au XIIème siècle, et dotée d’un chœur gothique au XVème. L’ensemble est remarquable, et la pureté de ses lignes et les magnifiques sculptures de son narthex en font un monument majeur de l’art roman en Bourgogne, même s’il est quelque peu éloigné des circuits touristiques habituels.

Depuis 1776, le monument placé sous les vocables de Saint Pierre et de Saint Benoît est église paroissiale du bourg. Mais une mutilation malencontreuse de la charpente (suppression des entraits bas) au XIXème cause peu à peu de graves désordres structurels ; une évolution que des renforcements effectués en 1973 ne parviennent pas à juguler. Aujourd’hui, c’est le démontage et le remontage de la charpente après consolidation des maçonneries qui s’impose. Un lourd chantier estimé à plus de 3 millions d’euros, à charge d’une commune de 1700 âmes !

Toutes les sources de subventions possibles ont bien entendu été explorées, avec quelques déceptions : le fond européen FEADER (1) s’est avéré moins généraux qu’espéré, et la Région Bourgogne continue à faire la sourde oreille.

Consciente de la valeur de son patrimoine et fière de son histoire, la municipalité n’a pas voulu laisser le monument se dégrader encore plus et risquer un écroulement. Elle a donc voté le début des travaux, tout en sachant qu’il lui reste à trouver la bagatelle de 730 000 euros.
Une association a été créée pour aider à la récolte des fonds nécessaires à la poursuite du chantier. Elle est reconnue “d’intérêt général”, habilitée fiscalement à recevoir des dons et à émettre des reçus fiscaux qui autorisent les particuliers à déduire de leurs impôts sur le revenu 66% des sommes versées, et 60% pour les entreprises.

Pour tout savoir : le site de l’association et http://www.romanes.com/Perrecy-les-Forges/

(1) Le Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER) vise au travers de son Axe 3 « la diversification vers des activités non agricoles, l’amélioration de l’offre touristique, la valorisation du patrimoine culturel et naturel, la mise en place de services à la population rurale, l’animation pour les stratégies locales de développement ».

Photo en Une : crédit Jean-Pierre Gobillot, via Wikipédia (cc). Photo dans le texte : domaine public.