Meurtre de Brigitte Biangana : le Cap-Verdien avait déjà égorgé une femme en 2000

24 août 2012 | France, Société

24/07/2012 – 18h00
MEAUX (NOVOpress) –
Elkias Varela Fontes, l’homme qui a massacré le 5 août, d’une vingtaine de coups de couteau, Brigitte Biangana, une femme domiciliée à Meaux (Seine-et-Marne), n’en était pas à son premier meurtre. Ce Cap-Verdien a déjà été condamné le 16 avril 2002 à vingt ans de prison, une peine assortie d’une période de sûreté de dix ans.

À cette époque, Elkias Varela Fontes avait été condamné par la cour d’assises des Alpes-Maritimes pour avoir, deux ans plus tôt, égorgé sa compagne dans une rue de Nice. Brigitte Biangana serait encore vivante si son agresseur n’avait pas bénéficié d’une libération conditionnelle. Un laxisme qui va renforcer le débat autour de la peine de mort et des méfaits de l’immigration.

Crédit photo : Remi Raymond via Flickr (cc)

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.