Pussy Riot : « Ne pas tomber dans l’hystérie » [vidéos]

23/07/2012 – 14h00
MOSCOU (NOVOpress) –  Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a demandé à ceux qui commentent la condamnation des trois membres russes du groupe gauchiste, Pussy Riot (Emeute du Vagin), à « ne pas tomber dans l’hystérie », alors que la gauche se mobilise en leur faveur à l’étranger. Les trois militantes ont été condamnées à deux ans de prison vendredi dernier.

Elles ont été déclarées coupables de « hooliganisme » et d’incitation à « la haine religieuse » après avoir profané (vidéo ci-dessous) le 21 février dernier la cathédrale moscovite du Christ-Sauveur, un des lieux les plus emblématiques à la fois de la mémoire historique russe et de la religion orthodoxe russe. Par ailleurs, le ministère russe des Affaires étrangères a dédramatisé l’affaire en rappelant que les lois des pays occidentaux prévoyaient aussi des sanctions pour les actes de hooliganisme dans les lieux de culte, comme en Allemagne où les peines peuvent aller jusqu’à trois ans de prison. Pour sa part, le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a déclaré que « Poutine a déjà dit à plusieurs reprises aux journalistes qu’il n’avait pas le droit d’imposer son point de vue au tribunal ».

Une séparation des pouvoirs que Sergueï Lavrov a rappelé en début de semaine : « Il est inadmissible de s’ingérer dans le travail des tribunaux. Je veux rappeler à tous ceux qui tentent d’affirmer que notre tribunal a pris sa décision sous pression, qu’avant l’annonce du jugement, le président russe a appelé à être indulgent envers ces jeunes filles », a-t-il remarqué.

Pussy Riot : « Ne pas tomber dans l’hystérie »

Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Très engagée en faveur de la cause homosexuelle (mariage, adoption, etc.), Nadejda Tolokonnikova, le cerveau des Pussy Riot, est membre, avec son époux, du groupe d’art contestataire Voïna (La guerre). En 2008, en compagnie de son mari, elle avait simulé une partouze dans un musée russe (photo ci-contre et plus de photos ici). L’an dernier, elle participait cette fois à la réalisation d’un dessin géant de phallus…


Vidéo ci-dessus. Une autre action culturelle du groupe d’art contestataire Voïna : une femme se masturbe, robe relevée, avec une carcasse de poulet (à partir de 3min50) dans un supermarché et en sort en marchant avec la carcasse enfoncée dans le vagin…

Publié le