[Tribune Libre] Une charité intéressée ?

[Tribune Libre] Une charité intéressée ?

Il y a quelques jours, lors d’une rencontre organisée à Londres par la Fondation Bill & Melinda Gates, l’Organisation des Nations Unies et le Gouvernement britannique, l’épouse du fondateur de Microsoft a annoncé qu’au cours des huit prochaines années, elle dépensera 450 millions d’euros pour rechercher de nouvelles techniques de contrôle des naissances, améliorer l’information sur la contraception et rendre disponibles des instruments et des services dans les pays les plus pauvres de la planète, l’Afrique en tête.


Dans une interview à CNN, Melinda Gates (photo) a déclaré que pour elle, catholique, donner aux femmes un meilleur accès à la contraception est un engagement à temps plein. Et au «Guardian», elle a confié sa situation difficile en tant que croyante, consciente que les 450 millions représentent un défi pour la hiérarchie ecclésiastique.

En réalité, la philanthrope américaine est quelque peu à côté de la plaque, obnubilée par la désinformation et les stéréotypes qui persistent à ce propos. Croire encore à une Eglise catholique qui, opposée au préservatif, laisse mourir les femmes et les enfants par intransigeance misogyne est une lecture sans fondement et à peu de frais.

Comme l’a écrit Paul VI dans Humanae Vitae (peut-être la victime la plus évidente de ce type de distorsion), l’Église est favorable à la régulation naturelle de la fertilité, c’est-à-dire à ces méthodes basées sur l’écoute des signes et des messages fournis par le corps. Pour montrer qu’il ne s’agit pas d’abstractions byzantines, mais de mesures concrètes et efficaces, rappelons les époux Australiens John et Evelyn Billings, découvreurs de la méthode de régulation naturelle de la fertilité appelé BOM (Billings Ovulation Method): les femmes peuvent savoir si elles sont fertiles ou non, et à partir de cette réalité peuvent choisir leur comportement sexuel. Un exemple -méconnu, mais spectaculaire – du succès de la métode BOM a été son application en Chine. Le gouvernement communiste de Pékin était en effet très intéressée par une approche régulée qui ne coûtait rien et ne nuisait pas à la santé des femmes [et sans impact nocif sur l’environnement comme cela se produit pour la “pilule” via les hormones de la pilule excrétées par l’organisme], une méthode considérée comme sûre à 98 pour cent.

A côté des accusations infondées d’échec ou de manque de succès, aujourd’hui encore la méthode Billings et entourée de scepticisme généralisé, si ce n’est d’un sourire de condescendance pour un retour considérée comme a-scientifique, pré-scientifique, primitif et terriblement naïf. Toutes accusations infondées, et probablement pas diffusées par hasard.

Le fait est qu’aux yeux d’une certaine partie du monde, la BOM a un double inconvénient.Tout d’abord, c’est une méthode simple à comprendre et facile à adopter, gérable en toute autonomie et conscience par les femmes elles-mêmes, même celles analphabètes, sans aucune forme de médiation. Mais d’autre part – et surtout – son péché originel et impardonnable, c’est d’être un remède tout à fait gratuit. Un aspect qui, bien sûr, est hautement répréhensible à l’industrie pharmaceutique, qui avec la contraception chimique, obtient au contraire des gains énormes. Comment cela sera du reste le cas grâce à la philanthropie de Mme Gates.

Chacun est libre de faire la charité à qui il le souhaite. Moins, cependant, de persister dans la désinformation, présentant les choses comme elles ne sont pas. Sinon, on court le risque de s’exposer (bien que parfois naïvement) à des politiques à la manière de Nestlé. Comme il est tristement notoire, la multinationale a offert aux femmes africaines, de façon hypocrite et malhonnête, du lait en poudre pour leurs bébés, aussi longtemps que nécessaire pour laisser le lait de la mère se tarir naturellement. À ce moment, la mère est obligée d’acheter: à travers des campagnes de publicité qui présentent l’allaitement maternel comme barbare et celui artificiel comme moderne et civilisé, grâce à des pressions psychologiques de toutes sortes aux mains de médecins et infirmières fantomatiques. Créant ainsi une nécessité, au nom de la charité et dans la perspective du gain.

Non que telle soit l’intention des 450 millions d’euros, mais en dehors de déclarations de contour, un peu d’information correcte ferait vraiment du bien. À toutes.

Giulia Galeotti
Sources : Original en italien L’Osservatore Romano. En français : Benoit-et-moi. Photo : Bill & Melinda Gates. Crédit photo : Kjetil Ree via Wikipedia (cc)