Nantes : âgé de huit ans, il envoie deux policiers à l’hôpital !

Nantes : âgé de huit ans, il envoie deux policiers à l’hôpital !

31/07/2012 – 08h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – Alors qu’ils intervenaient pour une banale querelle de voisinage, deux policiers ont été violemment agressés par un « jeune » âgé de…huit ans. Ce fait divers, digne de figurer au Livre Guinness des records, est intervenu mercredi dernier à Nantes, une ville particulièrement chère au Premier ministre.

C’est le quotidien Presse-Océan qui révèle cette affaire peu ordinaire. Alors qu’ils intervenaient le 25 juillet dernier vers 15 heures pour un banal conflit de voisinage dans le quartier de la République à Nantes, un policier et sa jeune collègue ont été « accueillis » par un jeune garçon tenant dans ses mains une bombe lacrymogène et un marteau.


Ce dernier n’a pas hésité à s’en prendre violemment aux représentants de la loi. Résultat : la jeune femme adjoint de sécurité, qui a pris du gaz plein les yeux, a dû être transportée au CHU de Nantes où elle s’est vu notifier trois jours d’arrêt de travail. Son collègue, qui a écopé pour sa part d’un coup de marteau à la main droite, souffre d’une fracture ouverte du doigt.

Des renforts ayant été appelés, l’enfant et sa mère ont été interpellés et conduits au commissariat central. Excuse de minorité oblige, le jeune forcené ne sera pas poursuivi. « En dessous de 10 ans, en général, on ne poursuit pas“, a déclaré au journal nantais un magistrat  du parquet des mineurs de Nantes, qui reconnait par ailleurs n’avoir « jamais eu affaire à un agresseur aussi jeune » au cours de sa carrière. Seule la responsabilité civile des parents pourrait être engagée.

De quoi faire réfléchir Manuel Valls, le nouveau ministre de l’Intérieur, qui écrivait au sujet de l’ordonnance de 1945 sur les mineurs : « Confrontés que nous sommes à cette violence et cette précocité toujours plus importante, les beaux principes de l’irresponsabilité pénale [des mineurs] peuvent parfois paraître un peu désuets (…) La prison reste une solution dans certains cas les plus graves. » (Sécurité, la gauche peut tous changer, Editions du Moment, 2011). Mais il faudra convaincre Madame Taubira, ministre de la Justice. Et bien sûr Jean Marc Ayrault, Premier ministre et (accessoirement) conseiller municipal de…Nantes.

Crédit photo : Kevin.B, via Wikimédia (cc)