Irlande du Nord : une renaissance de l'IRA ?

Irlande du Nord : une renaissance de l’IRA ?

30/07/2012 – 10h00
BELFAST (NOVOpress Breizh) – Dans un communiqué trois des quatre principales organisations dissidentes de militants républicains d’Irlande du Nord déclarent s’unifier et revendiquer la bannière de l’Armée républicaine irlandaise (IRA), afin de relancer la lutte armée contre la présence britannique en Ulster.

Selon un communiqué reçu jeudi par le journal britannique The Guardian, la nouvelle organisation, qui rassemble trois groupes – la « Real IRA », la Republican Action Against Drugs (RAAD) et divers groupes réunis sous l’appellation « Óglaigh na hÉireann » – déclare avoir formé « une structure unifiée, soumise à un commandement unique », qui serait « subordonnée à la constitution de l’Armée républicaine irlandaise ». Cette nouvelle IRA regrouperait plusieurs centaines de militants armés. Seule l’ « IRA de la Continuité » (Continuity IRA), une autre milice dissidente, n’a pas souhaité s’associer à cette fusion.


« Ces dernières années, l’établissement d’une Irlande libre et indépendante a souffert des reculs en raison de carences de sa direction et de scissions du mouvement républicain » indique la nouvelle organisation, qui affirme « qu’une paix fallacieuse  ne peut être maintenue en l’état » et annonce le retour à la « lutte armée ». La nouvelle organisation a ainsi manifesté son intention de prendre pour cible les centres de police, les locaux régionaux de la Ulster Bank, ou Derry, élue ville de la culture britannique 2013.

C’est la première fois depuis la conclusion en 1998 de l’accord du Vendredi Saint, qui avait mis fin au conflit entre républicains catholiques et loyalistes protestants et abouti à un partage du pouvoir entre les deux communautés, que la majorité des forces républicaines dissidentes se regroupent au sein d’une organisation unifiée.

«Ni cette prétendue nouvelle IRA, ni l’IRA Continuité ni toute autre forme de menace dissidente ne déstabiliseront les structures et les partenariats qui ont soutenu la paix relative de ces 14 dernières années», a déclaré Alasdair McDonald, qui dirige le Parti travailliste et social-démocrate (SDLP), parti dominant du mouvement nationaliste.

Si la majorité du Sinn Féin, aile politique de l’ancienne IRA, approuve le processus de paix et la cogestion de l’administration avec les formations protestantes loyalistes, ce parti souhaite que l’Ulster quitte le Royaume uni et rejoigne la république d’Irlande.

Crédit photo : AlanMc via Wikipédia (cc)