Ryan Giggs, le capitaine gallois de Team GB, ne chante pas le "God Save the Queen" aux JO

JO 2012 : Ryan Giggs, le capitaine gallois de Team GB, ne chante pas le “God Save the Queen”

30/07/2012 — 08h00
LONDRES (NOVOpress Breizh) — Ryan Giggs (photo ci-dessus), l’un des joueurs les plus brillants du football britannique a été nommé capitaine de l’équipe Team GB pour les Jeux Olympiques. Mais, comme ses coéquipiers gallois, il refuse de chanter l’hymne national anglais.

La constitution de l’équipe de football britannique Team GB pour les Jeux Olympiques de Londres n’a pas été simple. En tant que pays hôte, le Royaume-Uni avait le droit d’aligner une équipe dans la compétition. Mais le principe des Home Nations prévoit que l’Angleterre, l’Écosse, l’Irlande du Nord et le Pays de Galles jouent sous leurs propres couleurs. Dès 2008, le Premier ministre travailliste Gordon Brown avait appelé de ses vœux une équipe britannique unique, nouvelle marque d’une identité factice qui ne tient pas compte des identités locales galloise, écossaise, irlandaise ou même anglaise, les trois premières ayant été niées et brimées pendant des siècles par le pouvoir britannique. Il avait aussitôt été rembarré par Alex Salmond, Premier ministre écossais (Scottish National Party). Les fédérations nationales écossaise, galloise et irlandaise avaient ensuite refusé de négocier avec les Anglais.


Le sélectionneur Stuart Pearce a néanmoins retenu cinq joueurs gallois aux côtés de treize joueurs anglais dans sa sélection « nationale ». Il a même nommé l’un d’eux, Ryan Giggs, capitaine de l’équipe. Mais Giggs, 38 ans, s’il s’est rendu célèbre sous le maillot des « Red Devils » de Manchester United, est né à Cardiff. Dès le premier match de Team GB contre le Sénégal, il a ostensiblement gardé bouche close lors des chants nationaux. Les trois autres joueurs gallois alignés sur le terrain, Craig Bellamy, Joe Allen et Neil Taylor en ont fait autant.

Hope Powell, sélectionneuse de l’équipe de football féminine Team GB, a préféré prendre les devants : elle a déclaré que les deux joueuses écossaises de son équipe, Kim Little et Ifeoma Dieke, étaient libres de ne pas chanter le God Save the Queen. Ironie du sort : Ifeoma Dieke, dont les parents sont Nigériens, est née dans le Massachusetts et a fait la quasi-totalité de sa carrière de pro aux États-Unis, en Suède et à Chypre. Son acceptation du refus des deux joueuses écossaises de chanter le God Save the Queen marque plus un déni des identités européennes qu’une promotion et une défense de l’identité écossaise…

Crédit photo : Gordon Flood (cc)