La fédération PS du Rhône veut une société asexuée

La fédération PS du Rhône veut une société asexuée

28/07/2012 — 13h30
LYON (NOVOpress) — Sous le titre « Les femmes sont des hommes comme les autres : pour un féminisme solidaire », Cécile Michaux, secrétaire fédérale chargée de la formation des militants à la fédération socialiste du Rhône, et Frédéric Piriou, chargé de la communication de cette fédération, présentent leurs contributions pour le prochain congrès du Parti socialiste des 26, 27 et28 septembre 2012. Les contributions des fédérations départementales ont vocation à être discutées en vue de l’élaboration d’une ligne politique sur tous les thèmes de société pour les prochaines années.

La présente contribution vise, comme l’indique son titre, à mettre en œuvre un « féminisme solidaire » dans la société. Derrière ce terme enjolivé, se cache l’idée d’une destruction des particularités des sexes en vue de la mise en place d’une société niant le genre de chacun, en vue d’une meilleure égalité dans les domaines professionnels et privés entre hommes et femmes. Ainsi, il ne faut plus évoquer les droits de la femme, qui est un terme de nature à les distinguer, mais il faut désormais parler du droit « à l’émancipation des individus ».

L’approche du féminisme proposée, en niant les genres, se veut dès lors une ouverture vers le choix de son genre, mais aussi vers la reconnaissance d’une société asexuée, notamment par l’approbation du mariage entre homosexuels, et transsexuels : « Cette approche universaliste rejoint d’autres combats pour l’égalité. On pense ici notamment aux combats menés par les militants LGBT (Lesbiens, Gays, Bi et Trans) […] Ceux-ci demandent à ce titre le mariage “pour tous”, et non pas le « mariage gay », et se battent donc pour la suppression de la définition sexuée du mariage, vers une dimension plus ouverte d’une union entre “deux individus”. »

Différents moyens pour arriver à mettre en place une telle société sont préconisés

Le premier moyen passe par l’enseignement : « L’éducation doit par ailleurs être un champ d’action central : c’est dans le cadre de l’école de la République, dès le plus jeune âge, qu’il est fondamental d’éduquer les enfants avec les valeurs d’égalité et de fraternité comme ligne d’horizon. Cela passe notamment par la déconstruction des représentations sexuées qui les prédestinent selon leur genre à certaines études et à certaines professions, à un rôle social déterminé dans leurs futures relations familiales, à la domination ou à la soumission au désir de l’autre, à l’acceptation ou au refus de leur identité de genre et de leur orientation sexuelle, et à celle d’autrui » (en gras, souligné par nous. Novopress).

Enfin, le deuxième moyen prévu consiste en une action sur les contenus culturels et publicitaires, et sur les médias en général pour « la déconstruction des stéréotypes de genre dans notre société ».

Crédit photo : DR via Bloc Identitaire Aquitaine.