Voleurs roumains en Bretagne : une certaine forme d’intégration

Voleurs roumains en Bretagne : une certaine forme d’intégration

21/07/2012 – 13h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – L’arrestation de quatre Roumains convoyant des tracteurs volés près de Rennes met une fois de plus en lumière l’existence de filières de pillage organisé.

Qui vole un œuf vole un tracteur : les délits commis en Bretagne par des ressortissants roumains sont nettement montés en gamme ces dernières années. Dernier épisode notable en date : le vol de trois tracteurs chez une entreprise de machines agricoles du Rheu. Il n’est pas question d’accuser au hasard « les étrangers » : les engins ont été interceptés avant-hier par les gendarmes, en route pour la Roumanie et convoyés par quatre Roumains.

La bande n’en était pas à son coup d’essai : elle est soupçonnée d’avoir volé en dix-huit mois une cinquantaine de tracteurs neufs très perfectionnés, pour une valeur totale de l’ordre de 5 millions d’euros (70 000 à 120 000 euros par tracteur). La gendarmerie lui avait consacré une cellule de travail permanente.

Le cas est loin d’être unique. Des véhicules chargés de butin quittent régulièrement la Bretagne pour la Roumanie. De temps en temps, un convoi se fait prendre et révèle l’existence de ces trafics. Le mois dernier, la police nantaise a ainsi arrêté deux camionnettes pleines à ras bord d’objets volés, en particulier de l’outillage et des téléviseurs. Elles aussi étaient en route vers la Roumanie. Fin février, toujours à Nantes, plusieurs dizaines de mallettes d’outillage portatif avaient été retrouvées dans un camp

« On croyait qu’ils finiraient par s’intégrer », note désabusé un ancien adhérent d’une association d’accueil des migrants roumains. « D’une certaine manière, c’est vrai au-delà de toute espérance : certains d’entre eux ont su créer un business prospère. » Du chapardage de subsistance, certains sont passés à la multinationale de la délinquance.

Crédit photo : DR.