Huit centième anniversaire de la victoire de Las Navas de Tolosa

Huit centième anniversaire de la victoire de Las Navas de Tolosa

16/07/2012 – 12H00
MADRID (NOVOpress) – On célèbre aujourd’hui, particulièrement en Espagne, le huit centième anniversaire de la bataille de Las Navas de Tolosa, étape décisive de la libération de la péninsule ibérique après des siècles d’occupation musulmane.

Au début de l’année 1212, la situation des royaumes chrétiens du Nord de l’Espagne n’est pas fameuse. Ils sont engagés dans un long combat pour la Reconquista de la péninsule ibérique, en grande partie occupée par les Arabes depuis 711, période où ils s’étaient avancés jusqu’à Poitiers, en France. Les Européens font face à une puissante armée de 200.000 soldats, venus en majorité d’Afrique du Nord mais aussi d’autres régions dans un esprit de djihad.

Les forces commandées par Alphonse VIII de Castille sont moitié moins nombreuses. Aux Castillans, Aragonais et Navarrais se sont joints des volontaires d’autres pays européens, en majorité des Français, mais aussi des Allemands, des Italiens, etc. qui répondent à l’appel du pape Innocent III, qui a fait de la Reconquista une « croisade ».
Rassemblée à Tolède, libérée depuis 1085, l’armée chrétienne remporte une première victoire le 24 juin 1212 en prenant d’assaut la place forte de Malagón. Quelques jours plus tard, elle prend Calatrava. Calatrava est alors une cité importante, capitale de la Castille arabe. Son défenseur, Yusuf ben Kadis, est exécuté par le calife pour avoir échoué à la défendre. La chute de la ville est le début de la fin pour les Arabes, désormais sur la défensive.

Huit centième anniversaire de la victoire de Las Navas de Tolosa

Reconstitution de la bataille de Las Navas de Tolosa. Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Crédit image : DR.

Rejointe par les chrétiens au pied de la Sierra Morena, près du village de Las Navas de Tolosa, la gigantesque armée du calife est taillée en pièces le 16 juillet 1212. C’est un moment décisif de la Reconquista et de l’histoire de l’Europe. Désormais, les musulmans reculeront partout jusqu’à la libération intégrale de la péninsule.