Milan : la mairie dépense 140.000 euros pour la prière musulmane

Milan : la mairie dépense 140.000 euros pour la prière musulmane

08/07/2012 — 15h10
MILAN (NOVOpress) —
Il pleut sur les Raphaëls du musée de Milan, faute d’argent pour réparer le toit. Mais la municipalité de gauche vient de dépenser 140.000 euros pour assurer le confort des musulmans pendant le Ramadan (cette année du 20 juillet au 19 août).

Sur la requête du préfet (aux ordres du gouvernement Monti), la mairie de Milan a acheté deux chapiteaux, situés devant le palais des sports Palasharp, au profit de l’« Institut culturel islamique de Milan ». Les chapiteaux sont dotés d’un plancher et d’un système d’éclairage. Il s’agit, explique l’adjoint à la Sécurité et à la cohésion sociale, « de garantir au Centre islamique la continuité de l’utilisation de ces espaces pour la prière ». La décision est « en outre économiquement avantageuse », puisque le prix d’achat de 140.000 euros ne correspond qu’à neuf mois de location – et que la location, on en a confirmation au passage, était jusqu’ici payée par la mairie. Le Centre islamique pourra ainsi continuer à utiliser les chapiteaux après le Ramadan, pour la prière du vendredi. La gestion sera assurée par la Protection civile de la ville.

Un reportage très complaisant avait été diffusé par la télévision régionale, à l’automne dernier, sur ces prières musulmanes devant le Palasharp. Deux journalistes italiens, un homme et une femme, ostensiblement voilée de vert pour l’occasion. Le journaliste masculin avait quand même interrogé le porte-parole du Centre islamique sur la ségrégation des femmes. Réponse : « L’homme a un devoir pendant la prière mais les femmes ont d’autres obligations, par exemple d’allaiter leurs enfants ». Quand, pour prouver que l’Islam est pacifique, le musulman donne en modèle la coexistence entre musulmans et chrétiens en Égypte, le journaliste ne bronche pas. Les images, en tout cas, sont parlantes.

La nouvelle majorité de gauche avait célébré sa conquête historique de la mairie de Milan, l’année dernière, en clamant : « Nous embrassons nos frères Roms et musulmans ». À ces déclarations d’amour-là, la gauche est toujours fidèle.

Crédit image : copie d’écran de Panorama.it.